Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Popularité des partis au sein des jeunes bruxellois

leave a comment »

Les rhétoriciens bruxellois issus de l’immigration et leur premier vote analysés par Céline Teney et Dirk Jacobs

Les rhétoriciens bruxellois issus de l’immigration et leur premier vote analysés par Céline Teney et Dirk Jacobs

« Le PS et le cdH obtiendraient, relativement à la moyenne de ces partis, davantage d’intentions de vote d’élèves belges issus de l’immigration. Les résultats d’ECOLO, par contre, sont plus contrastés : une proportion des jeunes rhétoriciens belges d’origine turque et marocaine légèrement inférieure à la moyenne est attirée par les écologistes, alors que les élèves d’origine congolaise ont légèrement plus fréquemment que la moyenne l’intention de voter pour ECOLO. Les jeunes rhétoriciens belges issus de l’immigration dans leur globalité sont nettement moins enclins à vouloir voter pour le MR que la moyenne. Ceci étant dit, le comportement électoral des jeunes rhétoriciens issus de l’immigration reste diversifié : les quatre grands partis politiques francophones sont capables de capter leurs votes« , peut-on lire dans la dernière livraison de Brussels Studies où deux chercheurs (Céline Teney et Dirk Jacobs) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) analysent les intentions de vote des élèves bruxellois issus de l’immigration.

L’enquête se base sur un échantillon représentatif de 1.283 rhétoriciens (élèves en dernière année d’études secondaires) issus des écoles de 7 communes bruxelloises. « On a constaté que le choix du parti chez les élèves issus de l’immigration se fait d’abord sur une base idéologique. Ils doivent d’abord décider s’ils veulent voter pour un parti de gauche ou pour un parti de droite. Ensuite, ce sont d’autres critères qui entrent en jeu pour affiner le choix : la situation personnelle de l’élève, les sujets qu’il trouve importants ou les candidats sur les listes« , explique Dirk Jacobs, co-auteur de l’étude.

D’une manière générale, l’enquête indique que le PS attire plus de voix des jeunes issus de l’immigration marocaine et turque que des Belges dont la mère est née en Belgique. Faut-il en conclure que le PS est perçu par les jeunes comme le parti des Marocains et des Turcs de Bruxelles ? « Le mot est trop fort mais effectivement c’est le parti qui s’appuie le plus électoralement sur le soutien de la population d’origine marocaine et turque qui vit à Bruxelles. Le PS attire, d’après l’étude, moins les jeunes belges dont la mère est née en Belgique« , commente Jacobs. Le deuxième parti cité par les jeunes bruxellois est le MR « mais avec un net décalage entre les jeunes belgo-belges (favorables) et les jeunes d’origine étrangère (défavorables)« . ECOLO reste très populaire au sein des jeunes avec un soutien plus marqué de la part des jeunes belgo-belges et des jeunes d’origine congolaise et un déficit relatif auprès des électeurs d’origine turque et marocaine. Enfin, « le CDH capte plus de voix des jeunes d’origine turque, marocaine et congolaise que des jeunes belgo-belges. Le parti est particulièrement fort au sein de la population d’origine congolaise, c’est probablement en rapport avec le rôle du parti au sein des réseaux pentecôtistes africaines à Bruxelles« , conclut le chercheur.

De manière schématique, et en vulgairisant le discours scientifique, l’étude indique que le PS est perçu par les jeunes bruxellois comme le parti des Turcs et des Marocains, le MR est surtout populaire auprès des électeurs belgo-belges, Ecolo attire les voix congolaises et belgo-belges et le CDH apparaît comme le parti des Congolais. « Ce n’est pas aussi figé que cela car il est important de noter que le MR attire aussi, certes  dans une moindre mesure, les voix des jeunes électeurs issus de l’immigration. La raison qui pousse les jeunes d’origine étrangère à préférer les partis de gauche ou le CDH s’expliquent probablement par la présence plus importante des candidats d’origine étrangère sur ces listes et peut-être parce que les partis de gauche ont un programme plus favorable aux personnes issues de l’immigration« , précise Céline Teney, co-auteur de l’étude.

En marge des 4 partis traditionnels (PS, MR, Ecolo, CDH), l’enquête proposait également aux rhétoriciens le choix entre trois autres formations politiques (Front National, Parti Jeunes Musulmans et Parti du Travail de Belgique). Les chiffres sur les intentions de vote pour ces 3 partis ne figurent pas dans l’étude publiée par Brussels Studies mais voici (en exclusivité pour Parlemento) les résultats concernant l’ensemble des jeunes : 2,2 % pour le PJM, 1,8 % pour le FN et 0,7 % pour le PTB. Si on se focalise sur le facteur identitaire, on constate que : le PJM et le PTB recueillent surtout des voix au sein des jeunes d’origine marocaine et le FN capte surtout des voix parmi les jeunes belgo-belges (à noter que 3 jeunes d’origine marocaine et 2 d’origine congolaise ont choisi le FN). Enfin, une partie importante de l’échantillon (6,2 %) préfère voter blanc c’est-à-dire pour aucun des partis proposés.

Les chercheurs de l’ULB Céline Teney, Dirk Jacobs, Pascal Delwit et Andréa Rea travaillent actuellement sur une autre enquête « à la sortie des urnes » (exit polls) à propos des comportements pendant les élections communales de 2006. L’étude fera l’objet d’une publication ultérieurement.

Advertisements

Written by Mehmet Koksal

30/03/2009 à 3:15

Publié dans Elections

Tagged with , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :