Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Muharrem Türköz: "La fin des bouteilles a provoqué la chute du communisme"

with 10 comments

Muharrem Türköz affiche pour informer qu'il n'est pas candidat aux élections

Muharrem Türköz s'affiche pour informer le public qu'il n'est pas candidat aux élections

N’aimant pas trop l’ambiance électorale actuelle, le Schaerbeekois Muharrem Türköz a décidé d’imprimer 200 affiches pour annoncer à son quartier qu’il n’est pas candidat aux élections régionales du 7 juin 2009.  « Je n’ai rien à vous promettre, ni à vous vendre puisque je ne suis candidat à rien mais je tenais à vous le faire savoir« , écrit-il dans un tract où figure sa photo et même sa place « O ème à la Région – O ème effectif à l’Europe« . Son objectif ? « Les candidats allochtones ne parlent que du foulard, du cimetière musulman, de la fête du mouton, des imams de mosquée etc. Je préfère parler du problème de parking à Bruxelles, de la crise des logements sociaux, de l’isolation des bâtiments, du racisme général et interethnique et du chômage. Sur tous ces points, j’entends de la part des mêmes candidats un discours franchement antisocial et même parfois fasciste, c’est vraiment incroyable« , explique-t-il en ajoutant qu’il a déjà fait son choix pour Jean-Claude Defossé (Ecolo).

« Je ne vote pas pour quelqu’un parce qu’il est Turc. Je peux voter pour un Turc ou un Arabe mais ce n’est certainement pas son origine ethnique qui fera la différence. Je vote pour des personnes que j’estime compétentes pour occuper un siège au Parlement. Etant de gauche, je préfère voter utile et j’hésite souvent entre le PS et Ecolo mais cette fois-ci le choix a été vite fait. Le PS met vraiment n’importe qui sur sa liste pour pouvoir récolter un maximum de voix mais en faisant cela il fait aussi fuir les vrais militants de gauche« .

Et le personnage a un passé bien ancré à gauche. « Je travaillais au 18/20 Avenue Stalingrad à Bruxelles [siège du Parti Communiste belge] de 1987 à 1995 où j’étais l’homme à tout faire, le concierge en charge notamment de l’accueil des visiteurs.  Du temps du communisme, tous les ambassadeurs des pays communistes apportaient des bouteilles de vin à leurs camarades belges. Je numérotais ces bouteilles et chaque camarade (du simple militant au Président de parti) tirait un numéro en fin d’année et repartait avec sa bouteille. Au fur à mesure que le temps passait, le nombre de bouteilles diminuait parce que le monde changeait et les pays socialistes européens prenaient de plus en plus leur distance par rapport à Moscou. Puis, un moment, il n’y avait plus de bouteille à l’Avenue de Stalingrad, le terme « monsieur » avait remplacé celui de « camarade » et des ouvriers étaient venus enlever les gravures PCB-KPB devant le siège du Parti. C’est ainsi que le communisme s’est éteint en Belgique. Mais moi, je savais déjà tout avant tout le monde car la fin du communisme m’avait été annoncée par la fin des bouteilles, un peu comme si la fin des bouteilles avait provoqué la chute du communisme« , se souvient ironiquement Muharrem Türköz, ex-militant communiste de l’UTTB (Union des Travailleurs Turcs de Belgique) et du MRAX (Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie).

Originaire du village Karacalar dans l’arrondissement d’Emirdag (Turquie) et arrivé en Belgique à l’âge de 3 ans,  l’intéressé quitte le domicile familial à l’âge de 15 ans révolté contre l’autorité de son père. « Je décris tout ce parcours dans un livre intitulé Moutons sans bergé, un livre largement autocensuré où je voulais justement critiquer cette mentalité bien présente dans la communauté turque qui consiste à suivre un trompeau sans s’interroger sur les finalités et aussi du fait de l’abandon d’une génération qui doit faire face à la crise identitaire« . Révolté contre l’autorité parental, Muharrem Türköz décide également de contester le système politique en place en s’approchant des militants turcs d’extrême gauche de l’UTTB qui militaient au sein du MRAX.

Il commence d’abord à travailler pour le Drapeau Rouge (organe de presse du PC) comme « centraliste » chargé de dispatcher les appels téléphonique. Il devient ensuite le chauffeur de Louis Van Geyt, le dernier Président national du PCB qu’il décrit comme « une personne calme, modeste, qui ordonnait qu’on le tutoie et qui aimait parfois prendre des « raccourcis longs » en politique pour esquiver certains problèmes. Il manquait aussi de leadership en tant que dirigeant communiste« . Puis, il passe au service d’accueil du PC et vit la fin du communisme à travers les yeux des derniers militants communistes actifs au siège du parti. Des problèmes familiaux l’éloignent de la vie socio-politique pendant près d’une décennie et affectent sérieusement la psychologie du père de famille censés s’occuper de l’éducation de ses 4 enfants.

Il décide alors de s’investir dans la photographie et l’interprétariat bénévole sans jamais perdre le goût pour l’histoire des migrations. « L’histoire de l’immigration turque en Belgique commence probablement avec Ahmet Öztürk dit « Kötü Ahmet » (Ahmet le petit), père de Mustapha Öztürk [conseiller communal MR à Schaerbeek] et frère de mon grand-père. Il débarque en Belgique en 1959 ou 1960 et retourne au village quelques temps plus tard pour leur dire qu’il ne sert à rien de glander au pays alors que l’Europe est en train de se reconstruire. C’est via ce premier bouche à oreille que commence l’histoire de l’immigration vers la Belgique. Au début, les autorités belges comme l’ONEM préféraient même engager des personnes ne parlant aucune des langues nationales afin de mieux gérer et manipuler la force de travail », raconte le militant.

Son rêve pour Bruxelles ? « Un musée de l’immigration turque en Belgique. J’essaye justement d’immortaliser, par la photographie, des trajectoires migratoires mais il faudrait un espace d’exposition professionnelle. Je travaille actuellement sur un projet baptisé Un demi siècle d’immigration turque en Belgique où j’espère exposer des portraits de gens (des Turcs, des Kurdes, des Arméniens, des Araméens,…) en provenance de l’actuelle Turquie.« 

Publicités

Written by Mehmet Koksal

23/05/2009 à 6:37

Publié dans Elections

Tagged with , ,

10 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. “Kötü Ahmet” – « Ahmet le Petit »
    C’était un lapsus ?

    1/2KL

    23/05/2009 at 8:59

  2. « …en ajoutant qu’il a déjà fait son choix pour Jean-Claude Defossé » : comme si cet individu, candidat rabateur de voix pour écolo, n’était pas, avec la laïciste Claric, ce vil présentateur d’émissions sur la chaine d’état RTBF à caractère islamophobe.

    Rachid Z

    24/05/2009 at 12:07

  3. Quel interessant personnage, analyse claire et lucide plus franc parler inhabituel.
    Il ne doit pas avoir que des amis…..

    Gricha Safarian

    24/05/2009 at 12:20

  4. Quel parcours et quel discours ! Dommage qu’il n’est justement pas candidat !

    Abdelkrim

    24/05/2009 at 12:23

  5. Cet homme devrais rejoindre Pro Bruxsel..

    Nous Bruxsellois d’origine étrangère de Pro Bruxsel nous voulons parler des problèmes du chômage, de l’enseignement des langues, de la mobilité, du sous financement de notre région et autres problèmes chroniques et cruciaux à Bruxelles.

    Nous ne somme pas là pour jouer au Marocain, au Turc ou au Black de service et aucun d’entre nous n’est un spécialiste en foulard, en fête du mouton et autres exotisme.. Nous sommes avant tout des Bruxsellois et voulons résoudre les problèmes qui touchent tous les Bruxellois dans leur vie quotidienne.

    Ensemble Samen Together.

    Fayssal

    24/05/2009 at 1:23

  6. Si tel est le projet que propose cette multiplication d’individus qui n’ont rien en commun si ce n’est développer des âneries comme l’un d’eux qui ici, ne se prive pas de nous en fournir un échantillon.

    Bêtise humaine quand tu nous tiens !

    Si ce candidat Fayssal pense que le « foulard », la fête du mouton » et « autres exotisme » ne concernent pas les bruxellois. Pour ÉGALITÉ, le respect des bruxellois dans toutes leurs différences, même les exotiques, les excentriques, les foulardées, les enturbannés, les enkippés, les les enmoutonnés, les turcs, les marocains, les blacks, les japonais, les russes, les afghans, les palestiniens, les rwandais, les tchèchènes, les juifs, les musulmans, les chrétiens, les hindoux, les bouddhistes, les sikhs, les anglicans, les protestants, les laïques organisés ou non, les franç-maçons, les scientologues, les soufis, …, est essentiel pour lutter contre les inégalités dont manifestement vous ne semblez pas sensible, je ne vois donc pas du tout ce que sa famille politique aurait de respectueux et donc de respectable à proposer aux bruxelloises et bruxellois !

    Rachid Z

    24/05/2009 at 8:53

  7. Que du vent, allez avec un peu de courage ce mec niera son origine vu qu’il adhère aux riogolos ( pardon les ecolos )

    TAHTIN

    25/05/2009 at 7:47

  8. Mr. Ozturk je suis contant que tu partage le projet du musee de l’immigration dont je sollicite depuis les dernières élections régionales.

    Halis Kokten

    25/05/2009 at 7:50

  9. « cette multiplication d’individus qui n’ont rien en commun si ce n’est de développer des âneries »(sic)

    Une belle définition de la liste Egalité, merci Rachid !

    Lola

    25/05/2009 at 2:41

  10. Nols et Hassan II des amis à Oukassi sur cette liste merdique !

    http://tractotheque.blogspot.com/search?q=oukassi

    Rachid Z

    25/05/2009 at 6:33


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :