Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Yamila Idrissi (SP.A): »Il n’y a pas de conflits d’intérêts »

with 3 comments

Yamila Idrissi est tête de liste SP.A à Bruxelles pour siéger au Parlement flamand

Yamila Idrissi est tête de liste SP.A à Bruxelles pour siéger au Parlement flamand

Le Bulletin Officiel du 07/02/2008 du Royaume du Maroc a publié le « Dahir n° 1-07-208 du 10 hija 1428 (21 décembre 2007) portant création du Conseil de la communauté marocaine de l’étranger« .

Il s’agit d’une institution à caractère consultatif « chargée de donner un avis à Notre Majesté [le roi du Maroc] sur les affaires de l’émigration et notamment sur les questions concernant Nos concitoyens résidant à l’Etranger« . Parmi les attributions de ce Conseil, on peut lire qu’il est notamment chargé d’émettre des avis sur « les principales orientations des politiques publiques permettant d’assurer aux Marocains résidant à l’étranger le maintien de liens étroits avec leur identité marocaine et notamment celles relatives à l’enseignement des langues, l’éducation religieuse et l’action culturelle« . Par ailleurs, le « Conseil est également chargé d’observer les évolutions prévisibles dans le domaine de l’émigration sur les plans politique, économique, culturel et scientifique« .

Parmi les 37 membres de ce Conseil de la communauté marocaine de l’étranger figurent l’avocate Yamila Idrissi, candidate tête de liste SP.A (parti socialiste flamand) à Bruxelles pour le Parlement flamand dans le cadre des élections régionales du 7 juin 2009, le psychanaliste Paul Dahan du Centre de la culture judéo-marocaine (CCJM) et l’historien Abdellah Boussouf de l’Institut des Etudes islamiques à Bruxelles.

Bien que l’article 9 des statuts du Conseil précise que « les membres du Conseil doivent assumer les fonctions qui leur sont dévolues avec fidélité, impartialité et dévouement pour la défense des intérêts suprêmes de la Nation [marocaine] », Yamila Idrissi estime qu' »il n’y a pas de conflits d’intérêts » entre sa candidature au Parlement flamand et sa qualité de membre du Conseil de la communauté marocaine de l’étranger.

« Il n’y a aucune incompatibilité. Au Conseil, je ne fais que donner des simples avis sur des sujets liés à l’identité ou à la culture. Il s’agit d’un mandat de 3 ans et je ne perçois aucune rémunération. D’ailleurs, d’autres élus espagnols siègent également dans ce Conseil. Il ne peut pas être question de double allégeance puisque je reste loyale à mes principes d’émancipation. Je ne comprends pas pourquoi vous vous intéressez tant à ce sujet qui n’est absolument pas relevant dans le cadre des élections régionales à Bruxelles. Je vous signale que je suis la première tête de liste d’origine étrangère à Bruxelles, c’est déjà très important. Je préfère parler sur la problématique du chômage, du vieillissement de la population en Flandre ou des projets que j’ai initiés en faveur des Bruxellois d’origine étrangère au Parlement bruxellois lorsque j’y avais siégé seulement 6 mois de fin 2003 aux élections régionales de 2004« , ajoute la socialiste flamande. Et en cas d’élection au Parlement flamand, elle ne compte pas démissionner de son poste au Conseil marocain.

Le ministre flamand Bert Anciaux (SP.A) a désigné Yamila Idrissi (SP.A) comme gestionnaire de Daarkom

Le ministre flamand Bert Anciaux (SP.A) a désigné Yamila Idrissi (SP.A) comme gestionnaire de Daarkom

Diplômée droit de la VUB (Vrij Universiteit van Brussel), ex-avocate au barreau de Bruxelles, Yamila Idrissi travaillera dans différentes organisations sociales bruxelloises (Emancipatie via Arbeid et Steunpunt Allochtone Meisjes en Vrouwen) avant de tenter sa chance en politique d’abord comme candidate indépendante en 1999 puis comme SP.A en passant par un poste de collaborateur au cabinet du ministre Frank Vandenbroucke.  

 

N’ayant pas été réélue en 2004, Yamila Idrissi sera engagée, via le ministre flamand de la Culture Bert Anciauxcomme gestionnaire à « Daarkom-la Maison des cultures maroco-flamandes à Bruxelles« , une initiative conjointe financée par le Royaume du Maroc et la Communauté flamande, dont le siège se trouve à la rue des Princes, 8 à 1000 Bruxelles. Elle y travaillera pendant 2 ans « le temps de démarrer le projet qui est maintenant entré dans une autre phase » pour finalement quitter cette fonction en vue d’occuper la tête de liste SP.A à Bruxelles pour le Parlement flamand.

Advertisements

Written by Mehmet Koksal

27/05/2009 à 12:26

Publié dans Elections, Langues

Tagged with

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. « Au Conseil, je ne fais que donner des simples avis… Il ne peut pas être question de double allégeance puisque je reste loyale à mes principes d’émancipation » :

    Ce que ne dit pas Yamila Idrissi, tout comme Paul Dahan du musée juif marocain membre également de ce Conseil étranger auquel ils doivent « fidélité, impartialité et dévouement pour la défense des intérêts suprêmes de la Nation [marocaine]“ n’est pas soumis à nos principes démocratiques mais à ceux d’un régime qui n’ a rien à voir avec la démocratie !

    La démocratie, n’est pas promouoir la souveraineté populaire, n’est-ce pas observer la séparation des pouvoirs ? n’est-ce pas le respect des libertés et droits fondamentaux, … Cette démarche est-elle la préoccupation des tenants du régime chérifien.

    On ne peut faire confiance à cette personne qui se dit soumise à « ses principes d’émancipation », des principes qui nous sont étrangers, vous en conviendrez aisément, et qui n’ont rien de commun avec les nôtres, ceux des citoyens respectueux qui se soucient essentiellement des principes clairement énoncés dans la Consitution et les lois du peuple belge.

    L’attitude de cette candidate nationaliste marocaine est comparable à celle des candidats nationalistes turcs ou à celle des sionistes qui exercent d’intenses pressions afin que nos représentants démocraratiquement élus (ne connaissant quasi rien sur ces régimes !) adoptent, en toute circonstance, à l’égard des Etats qu’ils s’évertuent à promouvoir des relations privlégiées.

    Rachid Z

    27/05/2009 at 1:25

  2. En gros des representants d’un État peuvent être des Lobbyistes pour les intérêts d’un autre État… Cette double allégeance est souvent reprochées à d’autres. De telles attitudes font réfléchir à deux fois sur l’intégration politique des personnes d’origine étrangère. La politique marocaine envers ses ressortissants et leurs descendants est de longue date critiquée notamment en ce qui concerne le droit personnel. Là on passe un cap supérieur… Les élus doivent choisir qui ils representent.

    Supabeat

    27/05/2009 at 3:30

  3. A titre d’infos la diyanetisation à la marocaine est en chantier en effet, le porte parole du nouveau conseil de la fatwa pour les MRE (marocains résidents à l’étranger) a pour porte parole un inspecteur de religion islamique Salah Echallaoui (il n’y a t-il pas incompatibilité avec une fonction au sein de la CF ? ) et comme secrétaire un membre du consulat de plus la sous traitance semble être la stratégie choisie par le pouvoir politique belge au détriment d’une reconnaissance de traitement des nouveaux « belges »

    bouc émisaire

    28/05/2009 at 11:00


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :