Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Manifestations pro et anti Ahmadinejad à Bruxelles

with 7 comments

Manifestation chiite à Bruxelles contre l'Etat d'Israël

Manifestation à Bruxelles contre l'Etat d'Israël et pour la solidarité avec le peuple palestinien

Le vendredi (18/09/09) 67 manifestants, majoritairement de confession musulmane chiite, se sont réunis avec des drapeaux palestiniens sur les marches de la Bourse à Bruxelles dans la cadre de la journée mondiale d’Al-Quds, un événement annuel initié par Rouhollah Khomeini (le fondateur de la République islamique d’Iran) pour protester contre le contrôle israélien sur la ville de Jérusalem et pour marquer leur solidarité avec le peuple palestinien.

Les manifestants ont scandé des slogans en langue française, arabe et espagnole hostiles envers l’Etat d’Israël ainsi que des slogans en l’honneur d’Hassan Nasrallah (secrétaire général du Hezbollah libanais) et d’Hugo Chavez (Président du Vénézuela). Quelques membres des partis politiques bruxellois (Egalité et LCR) ainsi qu’Isabelle Praille, la vice-présidente chiite de l’Exécutif des Musulmans de Belgique, étaient présents à cette manifestation.

Manifestation anti-Ahmedinejad à Bruxelles

Manifestation anti-Ahmadinejad à Bruxelles

Le même vendredi (18/09/09), 84 personnes ont manifesté devant l’ambassade de la République islamique d’Iran à Bruxelles (15, Avenue Franklin Roosevelt) « en signe de solidarité avec nos compatriotes qui n’ont plus le droit de se rassembler à Téhéran« , précise Marjan Abadie de l’Association des défenseurs des droits de l’Homme en Iran – Belgique, une association de fait non repertoriée au Moniteur belge.

Les manifestants ont brandi des pancartes hostiles au Président iranien Mahmoud Ahmadinejad en le présentant notamment derrière un drapeau nazi. Plusieurs nouveaux drapeaux iraniens ont également été brandi ne portant pas l’emblème calligraphique stylisé d’Allah mais contenant soit le symbole impérial du lion solaire (en référence au régime monarchique absolu des Pahlavi), soit la simple indication « IRAN » en lettre occidentale. Parmi les manifestants, on pouvait voir des militants monarchistes, des militants communistes, un militant écologiste belge ainsi que des militants du PSL (Parti socialiste de lutte – extrême gauche francophone).

Les manifestants ont présenté le Président iranien avec un drapeau nazi

Le Président iranien présenté comme un nazi

« Même si on n’en parle pas vraiment, il y a à Téhéran un gouvernement de coup d’Etat. Aujourd’hui, ce gouvernement de coup d’Etat orchestre une manifestation contre les Israéliens. Dans ce contexte, nous avons voulu manifester ici à Bruxelles pour dire que le combat palestinien pour la liberté est semblable à notre combat pour la liberté en Iran. Monsieur Ahmadinejad fait surtout preuve de violences tant à l’égard d’Israël que vis-à-vis de son propre peuple. Ce qui me choque le plus, c’est qu’on puisse dire qu’il est bon de violer des gens, qu’il est bon de tuer des gens au motif qu’ils sont hérétiques. J’espère pouvoir un jour voir ce pays où toutes les opinions peuvent vivre ensemble avec des femmes voilées et des femmes non voilées, des croyants et des non croyants, sans la présence d’un guide suprême qui a le pouvoir d’émettre des fatwas pour que d’autres aillent tuer des gens« , a déclaré Marjan Abadie.

Melissa Amirkizi, étudiante d’origine iranienne, critique surtout « l’absence de liberté en Iran. On ne peut pas parler, on ne peut rien faire et rien dire. On parle de la démocratie islamique mais en réalité il n’y a pas de démocratie. D’ailleurs, nous sommes opposés à la République islamique, il ne faut pas d’islamique, pas de religions, il faut surtout la liberté et la démocratie, chacun doit pouvoir choisir tout seul. Je ne suis pas du tout manipulé ni par les Américains, ni par les Européens, ni n’importe quel autre pays, je suis assez mature pour savoir ce qui est bien pour moi et je veux la liberté. »

Mohamed Zahedi, ex-représentant du Tudeh (parti communiste iranien) à Bruxelles, précise que « si vous regardez attentivement, vous verrez qu’aucun des grands ayatollahs n’a signé l’investiture d’Ahmadinejad. Ce qui est un fait extrêmement important. Une partie importante des Pasdarans, les gardiens de la révolution, suit ce que disent les ayatollahs et comme l’ayatollah Montazeri est contre ce qui se passe actuellement dans le pays, ces Pasdarans préfèrent le suivre de plus en plus. Dans l’armée iranienne, des commandants ont été limogés. A mon humble avis, plus les jours passent, plus on se dirige vers une guerre civile en Iran. En Europe, on ne peut pas faire grand chose sinon de soutenir la masse populaire, empêcher que l’Union européenne reconnaisse l’investiture d’Ahmadinejad, organiser des campagnes de boycott écononomique ou politique mais pas plus. C’est le peuple iranien qui doit décider de son avenir et pas les Européens ou les Américains. On avait fait la révolution de 1979 pour la liberté et pour la justice. Aujourd’hui, il n’y a pas de liberté et l’injustice en Iran est répandue de manière catastrophique dans tout le pays. Un moment tout cela va exploser et je pense qu’on a déjà atteint le point de non retour« .

Ce vendredi, le Conseil de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB) annonce avoir réuni « 500 personnes » ce jeudi (24/09/09) devant l’ambassade de la République islamique d’Iran pour « sensibiliser l’opinion publique à la menace croissante que font peser le programme nucléaire, la rhétorique antisémite et négationniste et la politique belliqueuse du régime iranien sur son propre peuple et ses voisins du Moyen-Orient et, plus généralement, sur la paix dans le monde« . En plus d’une délégation de l’Association des défenseurs des droits de l’Homme en Iran – Belgique, la manifestation a notamment été marquée par la présence d’Isabelle Durant (ECOLO), Corinne De Permentier (MR), Viviane Teitelbaum (MR), Yves de Jonghe d’Ardoye (MR), Jonathan Biermann (MR), Vincent Jammaers (MR).

Les deux groupes de manifestants (pro et anti-régime iranien) se plaignent du manque de couverture médiatique en Belgique par rapport à ces « actions de sensibilisation » qu’ils organisent à l’attention de l’opinion publique belge et européenne.

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

Publicités

Written by Mehmet Koksal

25/09/2009 à 10:23

Publié dans Religions

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Ces deux groupes (du moins pour participants de confession chi’ite) sont représentatifs de la coupure que connaissent les communautés chi’ites duodécimaines de part le monde. On peut pour simplifier dire qu’on a d’un côté les partisans du principe de wilâya al faqih (velayeh e faqih en persan) et de l’autre ceux qui en sont revenus ou qui n’y ont jamais cru. Derrière ce choix « théologique » se profile de nombreux enjeus dont celui du rapport des chi’ites au monde et surtout face à l’occident et sa culture en général. Se profile aussi une énorme lassitude des iraniens qui souhaiteraient que leur argents servent a adoucier la pauvreté plutôt qu’a soutenir des groupes arabes (hamas, hezbollah…)
    Ce principe (wilâya al faqih) est minoritaire en Irak (refusé par l’ayatollah sistani successeur de Khoi) et dans le sous- continent indien, au Liban il est représenté par le hezbollah mais fait aussi l’objet d’un refus de la part de religieux importants tel que le mufti de Tyr Ali al amin (dont la maison a été incendiée par des partisans du hezbollah). L’ayatollah Fadlallah n’en est pas partisan bien que plus prudent que son collègue de tyr (son passé auprès du hezbollah naissant n’y est pas pour rien). Il faut rappeler que NASRALLAH, le « boss » du hezbollah ,est aussi le représentant légale de Khamenei au Liban et qu’il récolte pour ce dernier le Khoms (« impôt » chi’ite trouvant sa source dans le coran).
    En Iran, ce principe (base de la révolution) perd ses couleurs et de nombreux religieux s’y opposent (voir Montazeri) clairement. Il faut rappeler que ce principe inventé en Irak par l’ayatollah Sadeq as Sadr (également auteur de Iqtisâdunâ, notre économie, livre de base de l’économie islamique version chi’ite) et développé par Khomeyni n’a jamais fait l’unanimité. A la grande époque de Khomeyni, la majorité des iraniens versaient leurs « khoms » aux représentants de l’ayatollah KHOI, grand détracteur de cette théorie mêlant religion et politique. Pour ce qui est des non chi’ites, je crains que toutes les diatribes anti-israeliennes et anti-américaines ne soient que tactiques ponctuelles dans le grand jeux des stratèges de Téhéran.

    salman

    25/09/2009 at 12:49

  2. « théorie mêlant religion et politique » :

    Tout comme celle émise par le Dalaï Lama, par exemple, qui représentante aussi bien l’autorité spirituel que politique d’un Tibet toujours occupé, un homme de paix pour de nombreux progrssistes, pas despote pour un sou, lui qui endure péniblement l’occupation dans la riche et paisible Suisse, n’est-ce pas !?

    Rachid Z

    26/09/2009 at 4:56

  3. a signaler que cette manifestation Place de la Bourse a lieu tous les vendredis à 16 heures depuis au moins six ans,organisé par la COCABE.

    nordine

    26/09/2009 at 10:35

  4. Depuis au moins 6 ans par un groupe se voulant une représentation de la communauté arabe de belgique sans distinction religieuse. Tout comme des gens manifestent régulièrement devant l’ambassade d’israel. Et soudain, de temps en temps ils sont rejoint par d’autres groupes plus politisés.
    Rachid, toute les religions influencent la politique et vice versa, le problème du khomeynisme et encore plus du «  »ahmedinedjadisme » c’est que dans ces cas un groupe religieux s’accaparent du pouvoir et se sert de l’état pour atteindre des buts messianiques, il en est de même dans certains partis politiques israeliens ou même nord américains. L’islam « classique » sunnite ou chi’ite a toujours influencé l’état mais n’a jamais voulu être l’état car le danger est qu en cas de faillite de cet état c’est la religion qui est en faillite. La faillite plus que probable d’ici quelques années du régime iranien va faire vacillier le chi’isme duodécimain dans ses fondements et c’est ce que craignent la plupart des marja et ayatollah actuels.

    salman

    27/09/2009 at 9:49

  5. Mais de quoi parlez-vous ? Que je sache la Turquie d’aujourd’hui est toujours kémaliste, c’est-à-dire « laïque », c’est d’ailleurs une puissante junte militaire qui veille à garantir de sacro-saints principes laïques, quoi qu’en soit la volonté populaire, démocratique ! Pays d’origine de nombreux citoyens belges !

    Et, au Maroc de notre ami le roi, le terme laïque, est quasi un blasphème. Pays d’origine de nombreux citoyens belges !

    Rachid Z

    27/09/2009 at 2:20

  6. Où avez-vous vu une manifestation « pro-Ahmadi Nejad » ? La première à laquelle vous faites allusion est une manif pro-Palestiniennne et pro-Hezbollah. Votre propre article ne mentionne même pas le président iranien. Pourquoi caricaturer les choses de la sorte ?

    Ahmad Nurani

    27/09/2009 at 11:38

  7. cette manifestation à eu lieu le dernier vendredi du mois de Ramadan.on apelle ce ce jour yum el quds ( jour de jérusalem )
    Le statut final de Jérusalem est considéré comme un des sujets les plus
    importants, avec la destruction des colonies et le droit au retour de tous les
    réfugiés palestiniens spoliés de leur terres en 48 comme en 67, pour trouver
    un véritable arrangement pacifique et durable au Moyen-Orient. Si par malheur,
    Jérusalem devenait comme le souhaite l’État juif, la « capitale unifiée et
    éternelle d’Israël », aucune paix ne sera jamais possible, aucun accord ne
    sera viable.
    En judaïsant Jérusalem,
    Israël n’a donc pas hésité à défier la Communauté internationale en
    violant les principes élémentaires des lois internationales qu’il s’était
    pourtant engagé à respecter.
    Plusieurs résolutions, concernant cette annexion illégale, ont été votées
    par le Conseil de sécurité des Nations Unies dont les plus importantes la 253
    de 1968 et la 298 de 1971 considèrent que toutes les mesures administratives
    prises et appliquées par Israël, notamment la confiscation des terres et des
    propriétés, la création des colonies de peuplement juifs et des routes de
    contournement qui visent à changer le statut juridique sont nulles et non
    avenues, et ne peuvent donc changer le statut de la ville.
    L’annexion, l’expulsion des Palestiniens du centre ville, la confiscation
    continuelle des terres, la construction de colonies de peuplement et de routes
    de contournement sont donc illégales et doivent être dénoncées par
    l’ensemble de la Communauté internationale.

    Judaïsation de Jérusalem

    Les Israéliens ont commencé depuis cette annexion illégale à déclarer
    Jérusalem unifiée et capitale éternelle d’Israël. Cette décision
    unilatérale n’a jamais été acceptée par la Communauté internationale, ni
    surtout reconnue par les Nations Unies.
    Depuis 1967, plus de 90 000 unités de logements ont été construites à
    Jérusalem Est. 90 % d’entre elles furent construites pour des familles juives
    avec de larges subventions du gouvernement et des formes de soutiens
    internationaux et seulement 10% de Palestiniens ont obtenu leur permis de
    construire sur des propriétés privées et avec des ressources privées, sans
    aucune subvention.
    Une grande partie de Jérusalem Est manque d’infrastructures ou de services,
    tels que le tout à l’égout, des rues asphaltées, d’éclairage public, de
    parkings, de services sociaux ou scolaires.

    Cette discrimination est aussi une atteinte au droit de la personne.
    Israël refuse de discuter sur les principaux dossiers concernant le
    conflit : l´ouverture des frontières de Gaza,la levée du blocus imposé, la
    spoliation des terres, le démantèlement des colonies, le retour des
    réfugiés, le statut futur de Jérusalem, la libération des prisonniers et
    continue d’autre part à intensifier la colonisation, à construire de nouvelles
    routes et notamment un axe autoroutier traversant Israël du Nord au Sud en
    coupant la Cisjordanie et en grignotant l’espace vital des Palestiniens de
    Jérusalem.

    L’empressement de la majorité des parlementaires israéliens à voter en faveur
    d’un projet de loi rejetant le droit au retour des Palestiniens et refusant de
    libérer Jérusalem démontre qu’il est urgent de lancer une campagne contre
    l’épuration ethnique à Jérusalem.

    C´est pour toutes ces raisons qu´il faut se mobiliser pour Yom Al Qods (La
    journée de Jérusalem)

    nordine

    28/09/2009 at 5:02


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :