Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Te Deum à Saint-Josse : les propos de l'imam de la Diyanet ne s'adressaient qu'aux laïcs

with 4 comments

La première récitation d'un imam à l'église avait provoqué la polémique à Saint-Josse

La première récitation d'un imam à l'église avait provoqué la polémique à Saint-Josse

Pour une question de calendrier, l’interpellation concernant la prestation d’un imam de la Diyanet lors du Te Deum du 21 juillet dernier à l’église de Saint-Josse-ten-Noode n’a pu être traité que le mercredi 30/09/09 au Conseil communal de Saint-Josse. Invité par la fabrique d’église en accord avec le collège communal dans le cadre d’une cérémonie religieuse catholique financée et assistée par les pouvoirs publics, l’imam de Meulebeke Sükrü Uymaz avait créé la polémique à la paroisse de Saint-Josse en psalmodiant en langue arabe un extrait du Coran promettant « un grand châtiment aux infidèles« .

Lors du Conseil communal du 30/09/09, le chef de groupe libéral Geoffroy Clerckx (MR) a d’abord salué « l’idée d‘adapter la tradition du Te Deum à l’évolution de notre société en l’ouvrant à des non-catholiques est intéressante. L’expérience aurait même pu être élargie à d’autres communautés. Créer des ponts entre les hommes, c’est le rôle de la Commune, c’est la vocation de l’Eglise« . Mais, pour ce conseiller communal de l’opposition, le collège PS-SP.A-CDH a « malheureusement raté » cet objectif car « pendant que le bourgmestre, au lieu d’être présent au Te Deum organisé dans la Commune dont il est encore le 1er citoyen, tape sur sa batterie (…) l’imam envoyé par la Diyanet fait résonner sous les voûtes de l’Eglise St-Josse un chant le stigmatisant lui et tous les infidèlesMalaise à la fin de la cérémonie et pendant la réception à la Maison communale… Ce serait la sourate « La Vache » qui aurait été psalmodiée; elle n’est pas tendre envers les « infidèles », traités entre autres de « faibles d’esprit » et promis à un grand châtiment! C’était à tout le moins déplacé et maladroit. Surtout le 21 juillet, Fête Nationale et donc fête de tous les Belges, qu’ils soient athées, chrétiens, bouddhistes ou autre chose. Surtout dans une église, au-delà même de la controverse sur ce que recouvre le terme « infidèles ». Que les chrétiens et les juifs en fassent partie ou pas, c’est de toutes façons une énorme partie de la population belge qui est stigmatisée. La responsabilité de la Fabrique d’église et du Collège est engagée dans cet incident. Il fallait vérifier, certainement pour une première, que les textes correspondaient bien à l’esprit du 21 juillet. Mais c’est surtout la responsabilité de la Diyanet, organe très officiel de la normalement très laïque Turquie, qui est en cause, en choisissant un imam ne comprenant ni le français ni le néerlandais et visiblement pas bien briefé sur la portée de la cérémonie. Vu le degré d’ « intégration » dans la société belge de l’imam de Meulebeke en Flandre occidentale, il n’a visiblement pas suivi l’inburgeringstraject et ne savait peut être même pas ce qu’il faisait là », conclut le mandataire libéral en demandant si la Commune compte réitérer l’expérience.

Dans sa réponse qui semble avoir été préparée avec la Diyanet belge, l’échevine des Cultes Béatrice Meulemans (SP.A) répond « à titre strictement personnel » et sans engager « le Collège des Bourgmestrre et Echevins » que « l’Etat belge n’est pas un état laïc au sens français du terme, ce qui explique le caractère officiel de cérémonies comme le Te Deum. Cette cérémonie de l’église catholique romaine a pour but essentiel de rendre grâce à Dieu pour la vie du pays et soutenir les autorités, dont le Roi; Pour des motifs divers, oecuménisme du chef des instances catholiques, citoyenneté du chef de l’échevine des cultes –tous les habitants sont sujets de sa Majesté le Roi à titre égal– il a été décidé d’associer d’autres cultes au Te Deum. Pour une question de durée de la cérémonie, il n’était pas réaliste de laisser la parole à tous les cultes présents sur le territoire de Saint-Josse, il a donc été décidé de donner  la parole successivement au fil des  années aux cultes suivant leur représentativité dans la population ; nous avons donc commencé par l’Islam. Sélectionner une des trois mosquées de Saint-Josse  paraissait inopportun car cela aurait pu être percu comme une valorisation spécifique de l’une d’elles;. Le choix s’est donc finalement porté sur la Diyanet, organe officiel réputé modéré; La Diyanet a délégué un spécialiste en chant religieux, la prestation artistique de haut niveau -qui pouvait rappeler le chant grégorien– a montré le respect que la diyanet a porté au lieu de culte et à l’assemblée présente. Comme les textes sacrés sont chantés en arabe, comme naguère en latin à l’église, la connaissance d’autres langues n’était pas déterminante pour la qualité de l’imam. En outre, il n’appartient aucunement ni au Collège ni à l’Echevinat des Cultes d’intervenir dans le contenu du culte;. La Constitution belge  n’a pas été violée, l’échevine  aurait agi ultra vires en censurant préalablement des textes religieux. Quant au contenu, il n’est de secret pour personne que les textes sacrés des « religions du Livre » (Ancien Testament, Nouveau Testament, Coran….) ont chacun des spécificités littéraires et stylistiques et qu’il faut recadrer certaines expressions dans le contexte historique de leur création. La plupart des religions menacent d’ailleurs « l’infidèle » des pires châtiments; Si on reprend le texte des versets chantés de la sourate, il est demandé à Allah de n’imposer à aucune âme une charge supérieure à sa capacité et de ne pas nous charger d’un fardeau trop lourd, phrases qui sont dans l’esprit du 21 juillet où l’on demande le soutien divin pour les autorités. Il est aussi dit concernant les messagers divins « Nous ne faisons aucune distinction entre ses messagers », ce qui est dans un esprit oecuménique  qui n’exclut donc aucunement les chrétiens, Jésus (Issa) étant reconnu comme Messager par l’islam. Les personnes arabophones qui vous ont renseigné n’ont relevé que le mot « infidèles » mot qui dans cette sourate  ne pouvait s’adresser qu’aux laïcs, qui en général ne se sentent pas très concernés par les cérémonies religieuses. Je regrette que les renseignements que l’on vous a donnés  sur le texte chanté en arabe ne soient incomplets et que certains ont perverti l’esprit d’une initiative  de rencontre pour créér une discorde entre les diverses communautés de Saint-Josse . Ils portent une lourde responsabilité« .

Vincent Legrand, un paroissien arabisant de St-Josse engagé dans le dialogue interreligieux et, en particulier, le dialogue islamo-chrétien, confirme avoir pris part « avec joie au Te Deum le 21 juillet dernier, à l’occasion duquel les autorités communales et la paroisse convièrent un représentant musulman à se joindre à la célébration. En sa qualité d’imam, celui-ci récita quelques passages du Coran. Alors que j’étais emparé par la beauté de la récitation, quelle ne fut pas ma surprise de l’entendre réciter un verset évoquant le « peuple des infidèles » (« al-qawm al-kâfirîn »). Dans une acception restreinte, cette qualification réfère aux non-musulmans ; dans une acception large, à ceux qui sont en dehors de l’islam, du christianisme et du judaïsme (les « gens du Livre »). Mais même dans cette dernière acception, la chose était tout à fait malvenue dans une cérémonie nationale rassemblant tant croyants abrahamiques que croyants non-abrahamiques ainsi que non-croyants, agnostiques ou athées. Toutes les écritures saintes, de quelque tradition qu’elles soient, comportent – pour reprendre le titre de l’ouvrage du Rabbin David Meier, du Père jésuite Yves Simoens et de l’Imam Soheib Bencheikh – des « versets douloureux », c’est-à-dire des passages qui, malheureusement, inclinent – ou peuvent être interprétés comme inclinant – à l’exclusion de l’autre.  Le problème, c’est l’utilisation que l’on fait de ces passages, de manière générale, et, a fortiori, dans le cadre d’une rencontre multiconfessionnelle et même interconvictionnelle. L’incident du Te Deum ne doit certainement pas mener à revenir sur cette avancée qu’a été l’association à la fête nationale d’un représentant d’une autre communauté religieuse que la communauté religieuse traditionnellement majoritaire. Au contraire, l’on peut espérer un élargissement de l’association à cet événement à des communautés religieuses supplémentaires, reflétant de la sorte la diversité religieuse de la commune. Il ne doit pas non plus mener à une censure préalable par les autorités politiques des textes prononcés par les représentants religieux, ce qui constituerait une grave violation de la liberté d’expression et de l’autonomie du religieux par rapport au politique – principe de base de la laïcité. Par contre, l’incident doit attirer l’attention sur la responsabilité politique et morale des représentants religieux dont ils doivent faire montre dans le choix des textes qu’ils partagent à la communion des citoyens lors d’une célébration nationale censée rassembler toutes et tous par-delà les diversités de tous ordres et notamment de religion et de conviction dans notre société plurielle, pluraliste et démocratique« .

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

Advertisements

Written by Mehmet Koksal

04/10/2009 à 8:09

Publié dans Religions

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Et bien on attend avec impatience la prochaine invitation à la mosquée de représentants des religions chrétiennes, juives et autres dans un grand rassemblement œcuménique célébrant le respect mutuel de tous envers chacun.
    On pourrait également attendre la même chose à la synagogue

    Ø

    04/10/2009 at 10:12

  2. La réponse de l’échevine Meulemans vaut assurément son pesant de pistaches: l’imam ne promet de châtiment qu’aux agnostiques et athées et donc, c’est pas grave! L’année prochaine, les libre-penseurs enverront-ils au Te Deum ten-noodois la chorale de l’ULB chanter « A bas la calotte »? Qu’est-ce qu’on se marre, à Saint Josse!

    charles

    04/10/2009 at 2:17

  3. @ Charles.

    La chorale de l’ULB, plutôt républicaine, ne chante jamais pour les folles de la messe! ;-)

    Philippe Schwarzenberger

    04/10/2009 at 3:22

  4. Je suis d’accord avec Philippe Schwarzenberger

    Tulipe

    06/10/2009 at 7:23


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :