Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

EMB : 1 plainte PS + 1 gestion calamiteuse = 7 non lieu et 21.478,35 euros à charge de l’Etat

leave a comment »

La plainte de Laurette Onkelinx (PS) contre l'EMB a abouti à 7 non lieu et

La plainte de Laurette Onkelinx (PS) contre l'EMB a abouti à 7 non lieu et 21.478,35 euros de frais de procédure à charge de l'Etat belge

Dans une ordonnance datée du 22/09/09, la Chambre du conseil de Bruxelles a décidé qu’il n’y avait pas lieu de poursuivre l’ensemble des 7 inculpés dans la saga judiciaire impliquant plusieurs ex-présidents, ex-vice-présidents et ex-trésoriers de l’Exécutif des Musulmans de Belgique.

Ce non lieu généralisé relatif à d’importants ex-responsables du culte musulman belge (Nordin MALOUJAHMOUM, Mohamed BOULIF, Ali BOUZROUD, Benjelloul KISSI, Coskun BEYAZGUL, Atila AYDOGDU et l’asbl Gestion des finances de l’Exécutif des musulmans de Belgique) fait suite à « diverses plaintes déposées relativement à la gestion financière de l’a.s.b.l. Exécutif des Musulmans de Belgique » dès mars 2002 ainsi qu’à la plainte déposée par l’ex-ministre de la Justice, Laurette Onkelinx (PS), qui s’était constituée partie civile au nom de l’Etat belge, après avoir organisée, contre la volonté d’une partie importante de la communauté musulmane, le renouvellement intégral des représentants du culte islamique de Belgique.

Suite à une « enquête approfondie » du parquet de Bruxelles, la Chambre du conseil souligne que « la partie civile a à l’audience du 23.06.09 considéré que la gestion de l’association était « calamiteuse » mais ne décelait aucune intention délictueuse dans le chef d’aucune des personnes impliquées dans la gestion. Il y a lieu en effet de considérer qu’il n’existe pas de charges suffisantes justifiant le renvoi des inculpés du chef des préventions visées au réquisitoire, notamment l’élément moral des infractions retenues ne pourrait être établi.

En ce qui concerne la prévention A, il est reproché au quatrième inculpé [Benjelloul KISSI, ex-vice président de l’EMB et réputé proche d’Abbès Guenned, ex-mari et cabinettard de la ministre Laurette Onkelinx] d’avoir retiré de la caisse de l’asbl une somme de 1.000 euros afin de payer des travaux de calligraphie commandée par l’asbl. Il s’avère que ces travaux ont été finalement payés au moyen de compte bancaire de l’asbl. L’inculpé affirme avoir remis dans la caisse la somme de 1.000 euros qu’il avait retirée. Le reçu qu’il produit à l’appui de ses déclarations mentionne néanmoins que les 1.000 euros restituées l’ont été « à déduire sur un montant de 8.000 euros pour l’approvisionnement de la caisse de l’Exéuctif des musulmans de Belgique« , ce qui pourrait indiquer qu’il ne s’agit pas de la somme ici visée. Néanmoins, dans la mesure où le ministère public pointe à plusieurs reprises dans ce dossier un manque total de rigueur dans la tenue de la comptabilité, il n’est pas possible d’objectiver suffisamment les suspicions pesant sur l’inculpé. Il résulte de ce qui précède qu’il n’y a pas à l’encontre de cet inculpé de charges suffisantes justifiant le renvoi de ce dernier devant le tribunal correctionnel. Pour ces motifs, la Chambre du conseil, adoptant partiellement les motifs du réquisitoire, déclare n’y avoir lieu de poursuivre les inculpés. Dits que les frais de la procédure, taxés jusqu’ores à un total de 21.478,35 euros sont à charge de l’Etat belge« .

Réagissant à ce non lieu avec satisfaction, Coskun Beyazgül, ‘ex-Président de l’EMB et actuel employé de la branche belge de la Diyanet (Direction des affaires religieuses de l’Etat turc), précise dans un communiqué de presse qu' »en date du 22 février 2008, j’ai fait l’objet d’une inculpation pour faux et usage de faux. À la suite de la forte médiatisation de cette inculpation, j’ai pris mes responsabilités en démissionnant de mon poste de Président de l’Exécutif des Musulmans de Belgique à la date du 24 février 2008. Le dossier de l’instruction a révélé que je n’étais en rien mêlé à cette inculpation. Dès lors, le Procureur du Roi de Bruxelles a, dans son long réquisitoire, requit un non-lieu très motivé. En date du 22 septembre 2009, la chambre du conseil de Bruxelles a rendu une ordonnance de non-lieu motivé en ce que l’instruction n’a révélé aucun éléments de preuve à ma charge. Dans un état de droit, il y a lieu de préserver la notion de présomption d’innocence même si dans mon cas le mal est irréparable. Je remercie la justice bruxelloise de m’avoir complètement blanchi de cette affaire. »

L’actuelle équipe à la tête de l’organe chef de culte affirme également avoir accueilli « avec soulagement (…) l’ordonnance rendue le 22 septembre 2009 par la Chambre du conseil de Bruxelles, prononçant le non-lieu à l’égard de plusieurs ex-présidents et ex-membres de l’EMB, qui avaient été inculpés. La Chambre du conseil a estimé qu’il n’existait pas de charges suffisantes justifiant le renvoi des inculpés du chef des préventions visées au réquisitoire. Nous pensons que cette sage décision va permettre de rétablir notre Institution dans sa crédibilité et apaiser certaines tensions qui avaient découlé de cette « saga judiciaire ». Ceci nous conforte en tout cas dans notre volonté d’aller de l’avant et de poursuivre – avec toute la transparence et la rigueur requises – les missions qui nous ont été confiées, et ce dans une plus grande sérénité. »

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

Advertisements

Written by Mehmet Koksal

18/10/2009 à 10:08

Publié dans Religions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :