Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Un député PS bruxellois en campagne présidentielle en Guinée

with 2 comments

Bea Diallo, député-échevin PS à Bruxelles, lors de la présentation du Mouvement Guinée Nouvelle (MGN)

Le lundi 14/12/09  au Louise Gallery Event Hall (galerie Louise niveau -1, à Bruxelles) le député PS bruxellois d’origine guinéenne Bea Diallo a donné une conférence de presse devant une centaine de personnes (dont le bourgmestre  PS d’Ixelles Willy Decourty, le député CDH Pierre Migisha, un diplomate du Burkina Faso ainsi que des représentants de plusieurs partis guinéens) pour annoncer la création d’un « Mouvement Guinée Nouvelle » (MGN).

Fils d’ex-ambassadeur et boxeur professionnel reconverti dans la politique bruxelloise lors des élections régionales de 2004 en rejoignant le parti socialiste (PS) francophone belge, Bea Diallo compte aujourd’hui, tout en siègeant comme échevin à la commune d’Ixelles et en tant que député au Parlement bruxellois et à la Communauté française, s’investir dans la politique intérieure de la République de Guinée.

Présenté lors de la soirée par Thierno Moussa Diallo (représentant de l’UPR Belgique) le député bruxellois Bea Diallo commencera son discours en s’adressant aux 4 « sages qui représentent les quatre les plus importantes ethnies de Guinée » : Forestiers (région de Guinée forestière), Soussous (région Basse Guinée), Malinké (région de haute Guinée) et Peuhls (région de moyenne Guinée).

Après une description des richesses économiques du pays (bauxite, minerai de fer, diamant, or, pétrole, eau, pèche, agriculture, élevage,…) ainsi qu’un bref rappel de l’histoire politique guinéenne mouvementée (indépendance en 1958, dictature communiste jusqu’en 1984 suivi de 2 coups d’Etat militaire), le mandataire socialiste bruxellois commentera avec des propos très durs « la folie meurtrière » des « voyous de la nouvelle garde présidentielle » ayant perpétrés les massacres du 28/09/09 contre des militants politiques d’opposition.

S’exprimant avec beaucoup d’émotions devant une pancarte de l’association des femmes guinéennes de Belgique indiquant « Bea Diallo Président« , l’intéressé ajoutera que « c’est dans ce cadre, de deuil et de folie que, pressé par tant de Guinéens, je n’ai plus eu d’autre choix que de m’engager personnellement dans un nouveau défi que je vous demande, Mesdames et Messieurs, chers Collègues, du monde politique belge, d’en partager le poids avec moi. (…) Mon combat sera aussi de faire rentrer [les Guinéens de Belgique] dans une Guinée enfin débarrassée de ses cancers. Aussi, quand ma carrière de boxeur me donna la chance d’acquérir une importante notoriété, je décidais, sans aucune ambition personnelle, de la mettre au service de mon pays d’origine. (…) Ma situation de député de la Région de Bruxelles-Capitale et de la Communauté française, tout comme mon rôle d’échevin au sein de ma commune, m’ont permis d’apprendre la sagesse d’une politique pluraliste, oh combien sophistiquée, d’un pays merveilleux qui, bien que divisé par ses langues et ses sensibilités, a toujours réussi à créer les compromis intelligents pour aller de l’avant. (…) Cette expérience m’a convaincu que la Belgique peut devenir un compagnon fidèle et privilégié pour créer un tissu d’échanges économiques équilibrés avec une Guinée Nouvelle et démocratique. La Belgique et plus encore sa communauté francophone reliée par la même langue, dispose de toutes les compétences pour aider au développement de la Guinée« .

S’adressant ensuite « aux délégués de la diaspora guinéenne de Belgique et d’autres pays européens« , Bea Diallo rappellera ses « lettres ouvertes » qu’il leur a déjà adressées via la presse guinéenne. « Guinéeennes, Guinéens, le temps est venu de changer la Guinée et d’éradiquer notre pays de ses quatre cancers endémiques : la dictature, l’oligarchie, la corruption et les partis ethniques divisant le pays« . Le député socialiste bruxellois appelle ainsi ses compatriotes guinéens à se réunir « dans un grand mouvement populaire suprapolitique » qu’il a baptisé Mouvement Guinée Nouvelle qui aura pour objectif de créer « ensemble une Guinée nouvelle, intègre et progressiste ».

Estimant que le Mouvement Guinée Nouvelle n’est pas un parti politique mais un mouvement visant « à réunir plus de 150 partis politiques » dans le but de parvenir à « 4 ou 5 principaux partis démocratiques« , Bea Diallo a par ailleurs confirmé entretenir des relations avec des représentants d’autres partis politiques guinéens (NGR, NFD et Forces Vives).

Le fondateur du MGN compte se rendre prochainement à Conakry pour s’adresser personnellement à tous les représentants de la nation, aux sages, à l’armée guinéenne, aux syndicats et aux représentants du parti des Forces Vives.

« Je sais, mieux que personne, que ce défi sera un grand combat et que beaucoup d’adversaires et principalement les profiteurs de l’ancien régime feront tout pour nous mener à l’échec avec la perfidie et les mensonges qui caractériseront pour l’histoire leur seul héritage politique« , a conclu Bea Diallo, député-échevin PS bruxellois, fondateur du MGN et Président de la commission des Affaires internationales du Parlement de la Communauté française de Belgique.

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

Publicités

Written by Mehmet Koksal

20/12/2009 à 4:26

Publié dans Elections

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bruxelles est aussi une des régions les plus riches d’Europe, pourtant, elle est gérée quasi de la même manière, que dans ces régimes dictatoriaux africains.
    Faut savoir que Bruxelles, administrée notamment par des élus PS, compte une minorité «positivement discriminée», de plus en plus riche et une majorité de plus en plus pauvre. Il n’y a qu’à voir la manière dont le ministre-président, Charles Picqué, a expulsé sans ménagement de leurs demeures, dans la zone-midi, des centaines de familles pour y faire place aux entreprises privées !

    Faut savoir aussi que Bruxelles, région officiellement bi-communautaire, socialement, économiquement, culturellement, ethniquement, se ghettoïse.

    Enfin, faut savoir encore que Bruxelles est «démocratiquement» polluée car ce sont toujours les mêmes, ceux qui pervertissent la démocratie, qui se maintiennent au pouvoir, tout comme dans ces dictures africaines.

    Monsieur le député-échevin PS, Diallo, ne pensez-vous pas que de trop nombreux bruxellois souffrent des conséquences dues essentiellement aux orientations politiques (enseignement – emploie – logement – discrimination – etc) adoptées par vos camarades du PS ?

    Rachid Z

    22/12/2009 at 2:24

  2. bonjour
    je voulais juste savoir comment faire pour contacter le MGN un email ou leur site web
    merci

    AICHA Sylla secretaire générale de l’association des femmes guinèenne vivant en italie

    aicha

    15/01/2010 at 8:20


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :