Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Bougies, chansons et silence à la mémoire de Hrant Dink

with 6 comments

Une photo Hrant Dink au pied du monument au génocide des Arméniens à Bruxelles

Ce mardi soir (19/01/2010), une cinquante de personnes s’était réunie à Bruxelles devant la stèle commémorative du génocide des Arméniens (Square Henri Michaux à Ixelles) pour participer à un recueillement à la mémoire de Hrant Dink, journaliste turc d’origine arménienne assassiné à Istanbul le 19/01/2007.

L’événement était organisé par 4 associations bruxelloises (Association des Arméniens Démocrates en Belgique, Association des Assyriens en Belgique, Fondation Info-Türk et Institut kurde de Bruxelles). Prenant la parole au nom de ces associations, le journaliste professionnel Dogan Özgüden a lu un communiqué qui s’adresse à « tous ceux qui croient, qui espèrent et qui ont foi dans l’avenir ont le devoir de ne pas baisser les bras, de ne pas oublier et de réclamer inlassablement la justice pour ce journaliste passionné [Hrant Dink] mais aussi pour tous les autres qui l’ont précédé et qui le suivent en Turquie, pour tous ceux que l’on tente de museler par un semblant de droit reflété dans un code pénal qui fait honte aux valeurs démocratiques universelles« .

Interrogé en marge de l’événement, Dogan Özgüden ajoutera à titre personnel qu’il est « doublement affecté par la mort de Hrant Dink pas seulement par rapport à sa spécificité ethnique vivant autrefois dans le même pays mais également en tant que collègue journaliste. Il y a quelque chose de vraiment ironique dans l’histoire puisque l’homme [Mehmet Ali Agca] qui a participé au meurtre d‘Abdi Ipekçi, mon ancien rédacteur-en-chef au journal Milliyet, a été libéré et est aujourd’hui présenté par les médias turcs comme un héros national alors qu’il a surtout passé 30 ans pour la tentative d’assassinat contre le pape et non contre le meurtre effectif d’un journaliste. Aujourd’hui, ce personnage est présenté comme un exemple idéal à une partie de la jeunesse turque d’extrême droite en manque de repères. En plus, Mehmet Ali Agca n’avait pas fait son service militaire et les autorités turques lui ont rapidement produit un rapport médical le jugeant inapte pour le service militaire alors qu’un élu kurde comme Nurettin Demirtas, à l’époque Président du DTP, a été emmené manu-militari au service militaire alors qu’il disposait d’un rapport médical. Ce genre de double traitement ne peut que mener à la révolte et à la protestation. Pour en revenir à Hrant Dink, je l’ai croisé plusieurs fois à Bruxelles parce qu’il passait ici pour rendre visite aux membres de sa famille et aussi pour donner des conférences à la diaspora arménienne en Europe en tant que porte-parole des Arméniens de Turquie. Hrant Dink était également une personne ressource pour les instances européennes en matière de minorités en Turquie compte tenu du travail de recherche historique qu’il avait déjà mené sur la communauté arménienne de Turquie. Ainsi la mort de Hrant Dink a eu donc d’importantes conséquences à plusieurs niveaux et le fait que la procédure judiciaire en Turquie n’a pas encore abouti 3 ans après son assassinat font dire à certains, dont le fils de Hrant, que la justice turque est vraiment défaillante. C’est justement pour montrer qu’on suit ce dossier, qu’on n’a rien oublié et qu’on n’oubliera pas qu’il est important d’organiser ce genre de recueillement à la mémoire du défunt journaliste« .

La journaliste turque Inci Tugsavul a allumé une bougie à Bruxelles à la mémoire de Hrant Dink

Vivant à Bruxelles, la belle-soeur de Rakel (épouse de Hrant Dink) est venue lire un poème qu’elle a écrit en langue arménienne pour commémorer le 3e anniversaire de l’assassinat de son beau-frère. Plusieurs chansons en langue arménienne ont été chantées par quelques personnes. Une autre femme arménienne non identifiée est ensuite venue lire un autre communiqué devant le monument pour expliquer que « le journaliste Hrant Dink était devenu le porte-parole des Arméniens vivant en Turquie et le lien avec les Arméniens de la diapora. A lui seul, il exprimait les sentiments du peuple arménien, c’est pourquoi nous sommes persuadés que son assassinat était prémédité et que le but recherché était de réduire au silence le peuple arménien. Cela fait presque qu’un siècle que nous demandons la reconnaissance du génocide arménien à la Turquie pour que nos ancêtres trouvent la paix de leurs âmes et qu’une lignée des familles disparues soit honorée avec respect. Malheureusement la Turquie reste indifférente à cette demande et continue de nier les faits. Comment dans ce contexte accepter que le procès de Hrant Dink soit jugé en Turquie, cette Turquie qui parle de justice alors qu’elle camoufle son histoire avec arrogance. Par conséquence, nous demandes à l’Union européenne et aux Etats-Unis de reprendre le débat avec la Turquie pour faire reconnaître officiellement le génocide arménien et nous invitons la Turquie à l’accepter et à le signer afin que notre histoire soit écrite conformément à la réalité dans le monde entier mais surtout pour les Arméniens qui vivent en Turquie« .

Une cinquante de personnes s'est réunie à Bruxelles devant le monument au génocide des Arméniens pour commémorer le 3e anniversaire de l'assassinat de Hrant Dink

Un dignitaire religieux arménien a pris la parole pour rappeler qu’il s’agit ici avant tout d' »un moment de recueillement, de mémoire et de dignité. On a peut-être assez dit mais il est utile de rappeler qu’on peut certes tuer une personne mais le corps ne peut pas tuer l’âme, l’esprit et les pensées d’un homme. Justement à propos des pensées de Hrant Dink, il faut rappeler qu’il était un homme de dialogue, de conviction, de paix et de justice. Un homme dont la vie s’est arrêtée subitement dans des conditions que nous connaissons tous. Bien sûr, on ne peut pas accepter une telle chose si nous avons des convictions spirituelles et religieuses quelles que soient nos appartenances. Je parle des religions monothéistes, qu’on soit musulman, chrétien ou juif, tuer un individu c’est quelque part blesser le seigneur puisque nous croyons que Dieu a créé l’homme à son image. Où se trouve dans cet acte l’amour de Dieu ? Je voudrais qu’on reste dans la dignité, dans le respect, dans le recueillement, dans le silence. Réflechissons, gardons le silence pour tout dire et rien oublier. Merci beaucoup« .

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

Written by Mehmet Koksal

20/01/2010 à 9:52

Publié dans Religions

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. On dirait que personne n’a rien à foutre de cet article Mehmet… Tu sais au moins pour quelle thématique tu ne plus perdre ton temps.

    Benyamin

    22/01/2010 at 8:04

  2. @ faux Benyamin, on ne s’en fout pas. Je pense qu’on est tous ému devant la grandeur de Hrant et que personne ne désire polémiquer sur un crime sans appel. En ce moment, le débat a lieu autour du post précédent de Mehmet qui est indirectement lié à celui-ci puisque l’on y parle d’un concert avec en tête d’affiche, de fascos comme Kabakli et Ozan Arif qui ont célébré l’assassinat de Hrant en chanson.

    Terzi Fikri

    22/01/2010 at 11:45

  3. J’ose croire que Benyamin fait plutôt allusion aux autres médias traditionnels. A part Mehmet Koksal, en effet, on constate qu’aucun autre « journaliste » (qu’il soit de la presse écrite, radio, télé) n’a jugé nécessaire de couvrir cette info, cette cérémonie de receuillement à la mémoire de Hrant Dink.

    Rachid Z

    22/01/2010 at 1:55

  4. J’ignorais la tenue de cette cérémonie, j’y aurais assisté.

    Je viens d’écouter il y a quelques jours le podcast d’une remarquable émission de France Cultures diffusée le 22 novembre 2009, intitulée Cultures d’Islam et qui mettait en présence MM. Ahmed Insel et Michel Marian, auteurs de l’ouvrage « Dialogue sur le tabou arménien ». Je vais de ce pas me procurer leur livre et le mettre en bonne place dans mes priorités de lecture. Il reste tant à faire ici et maintenant à Bruxelles et l’ignorance est coupable.

    Hrant Dink n’est pas mort pour rien, il vit dans nos mémoires.

    Philippe Schwarzenberger

    24/01/2010 at 12:52

  5. Effectivement Rachid, je faisais référence aux médias traditionnels… Cela ne rapporte guère d’audience !

    Benyamin

    25/01/2010 at 2:31

  6. Moi cela m’intéresse, et je me dis qu’il vaut souvent mieux être musulman en europe que membre d’une minorité non musulmane en terre d’islam surtout si cette terre se double d’ultra nationalisme.

    salman

    28/01/2010 at 6:47


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :