Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

« Dieudonné est un prénom qui fait peur aux gens de la culture »

with 4 comments

Olivier Mukuna lors d'un débat avec le public au cinéma Nova

Ce jeudi (28/01/10), le cinéma Nova à Bruxelles a organisé une projection du nouveau film d’Olivier Mukuna baptisé « Est-il permis de débattre avec Dieudonné ?« . Il s’agit d’une captation vidéo sur le vif d’un débat public de 84 minutes datant du 23 mars 2009 organisé dans un centre culturel bruxellois en présence de l’humoriste français Dieudonné M’Bala M’Bala qui affronte et répond aux commentaires de l’écrivain Jean Bofane, du cinéaste Jan Bucquoy, du chercheur Souhail Chichah, du journaliste José Dessart, de l’écrivain Antoine Tshitungu et du professeur en linguistique Dan Van Raemdonck.

Participant à un débat avec le public du cinéma Nova, le réalisateur et modérateur du débat Olivier Mukuna expliquera que « l’idée du débat vient en fait du directeur du théâtre Saint-Michel qui était très désappointé de voir annuler le spectacle de Dieudonné suite à sa provocation avec Faurisson. On a décidé d’organiser un débat avec des gens des médias et de la culture dans le théâtre, un débat qu’on filmerait. Malheureusement, quelques jours avant, le directeur du théâtre fait un malaise cardiaque et le directeur-adjoint estime qu’organiser un tel débat est trop risqué et on se retrouve alors sans salle pour pouvoir discuter. Pendant 5 jours, on a cherché activement une salle qu’on a finalement trouvé 24 heures avant le débat soit le mardi 24 mars 2009 à la veille d’une représentation de Dieudonné à Saint-Josse. La location de cette salle dans un lieu culturel (La Roseraie) s’est également faite à la belge : on s’est présenté, on a dit qu’on voulait louer une salle. Les responsables nous a répondu : ‘c’est pour quoi faire’. On a dit qu’on voulait organiser une conférence sur la liberté d’expression alors ils nous ont dit que c’était 50 euros. Et voilà, on avait notre salle« .

Olivier Mukuna a particulièrement tenu à remercier les responsables du cinéma Nova à Bruxelles d’avoir oser programmer la projection de son film ainsi que les orateurs du débat filmé d’avoir acceptés d’y participer « parce que la liste des personnes ayant refusées est vraiment interminable« . Le journaliste indépendant explique que « c’est une question de subsides et une question politique » qui poussent les centres culturels et les intellectuels à refuser tout contact avec l’humoriste français.

Refusant de dévoiler, pour le moment, la liste des personnes ou des associations refusant de débattre avec Dieudonné, Olivier Mukuna précise « qu’à l’abri des caméras, beaucoup de personnes avouent que Dieudonné aborde des sujets intéressants mais dès qu’on allume une caméra, les mêmes le qualifient de monstre, d’ordure, d’antisémite. A titre personnel, j’ai été très déçu de l’attitude d’Edouard Delruelle du Centre pour l’Egalité des Chances que j’ai invité. Contrairement à d’autres, il a été interviewé sur le sujet Dieudonné par Le Soir, la radio, la télévision et il avait justement une occasion en or de dire tout le mal qu’il pensait du personnage en face de Dieudonné en compagnie d’autres intervenants. Mais il m’a juste répondu par mail un truc du genre nous accusons tous Dieudonné de faire l’apologie du négationnisme« .

Critiquant « l’autoroute médiatique » à l’égard de Dieudonné, Olivier Mukuna rappelle que « cet humoriste continue aujourd’hui de remplir les salles, de remplir le Zénith avec plus de 5.000 personnes. Depuis l’année passée à Saint-Josse, il est déjà venu à 3 reprises à Bruxelles pour se produire dans des conditions semi-clandestines devant un millier de personnes. Ce n’est pas juste une histoire de provocation gratuite ou une personne qui déconne ou qui délire. Il y a des gens qui se reconnaissent en lui, il y a un débat de société, il y a la défense de la liberté d’expression. C’est un peu pour tout ça que j’ai eu envie de faire ce film« .

"Est-il permis de débattre avec Dieudonné ?", un film d'Olivier Mukuna

Dans le film, Dieudonné plaide notamment pour « une révolution par le rire » en bousculant « les frontières quelles soient géographiques, ethniques ou religieuses pour s’amuser au risque de choquer ceux qui y sont attachés de manière hystérique » en passant par l’organisation « d’attentats humoristiques« . « Moi je suis un non événement en réalité, je suis un leurre et plus ils s’énervent, plus ça m’excite. J’ai des copains qui me disent parfois arrête Dieudo, je crois que c’est chaud-là. Moi, je dis non, c’est maintenant qu’il faut porter le coup de grâce. Moi, je suis arrivé sur mes thèmes de recherche par accident, je ne maîtrise absolument pas la pédagogie, je ne contrôle pas et je suis en risque permanent. Est-ce que c’est de nature à créer une révolution ? Je ne sais pas mais c’est vrai qu’au fond de moi, je l’attends cette révolution, j’aimerais que cela change. Est-ce que ce sera une révolution par la politique, par le droit, par les élections ? Je n’en sais rien mais moi j’essaye de la provoquer par le rire pour que chacun puisse trouver en lui la révolution. Rire, rire profondément. Je cherche par mon oeuvre artistique à provoquer des réflexions que je ne contrôle pas. C’est complètement un développement organique où je me demande moi-même ce qu’il va se passer ensuite. C’est pour cela que je précise à chaque fois dans mes spectacles qu’en sortant de cette salle n’allez pas tuer des gens. Rigolez un peu mais n’attisez pas la haine. Je pense sincèrement que j’ai touché un terrain extrêmement sensible et c’est la question d’Israël, la sacralité, la nouvelle religion. Je me dis là où les armes et la diplomatie ont complètement échoué, au mois laissez le rire s’installer et puis on verra. On ne peut pas demander à un humoriste de faire de la pédagogie en lui demandant d’éduquer les gens à être moins racistes. Je dis souvent : regarde le ridicule du racisme parce que quand tu es raciste, tu es drôle, ridicule et grotesque« .

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

Advertisements

Written by Mehmet Koksal

29/01/2010 à 11:04

Publié dans Elections

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. A propos de cet évenement dieudonesque, il est à rappeler qu’a Saint-Josse, l’ensemble du Collège communal (PS-SP.A et CDH) et le MRAX, présidé par le contesté Radouane Bouhlal, ont été ridiculisés. Les uns en voulant interdire l’humoriste Dieudo de se produire et les autres, suite à l’échec de la tentative de censure stupidement justifié par le bourgmestre (PS) pour s’y être rendu exclusivement afin de « juger », pour le compte d’officines sionistes, du caractère « illicite » de l’humour de l’artiste franco-camerounais.

    Rachid Z

    29/01/2010 at 12:44

  2. très bon papier m.k
    comme d’hab :)
    bonne continuation

    bigroot

    29/01/2010 at 11:14

  3. Excellent film: bravo à Mukuna!

    Hamid

    31/01/2010 at 8:37

  4. «  »‘L’humour a toujours été contre le pouvoir, quel que soit le régime. » »

    C’est une citation de Coluche!
    Dieudo est sur mon facebook et celui de ma fille! Il est stupéfiant! Un vrai artiste!

    DANIELLA

    19/06/2011 at 10:11


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :