Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Un député PS critique les laïcs, les féministes et les opposants à l'islam

with 15 comments

Dans un entretien publié ce dimanche (07/03/10) par  le quotidien turc Türkiye, le député socialiste wallon Serdar Kiliç (PS) explique que « les milieux laïcs ainsi que les opposants à l’islam utilisent le foulard [islamique] pour favoriser une haine idéologique envers les musulmans« .  Rappelant que « c’est le parti d’extrême droite Vlaams Belang qui s’est le premier opposé au port du foulard mais malgré cela, d’autres voix au sein d’autres partis ont également commencé à se faire entendre à ce sujet » et c’est « spécifiquement le MR qui défend l’interdiction du port du foulard dans l’espace public, à l’école et au parlement. A l’école, l’interdiction du port du foulard est certaine« , prédit le député wallon. 

« Alors que Ecolo était par le passé opposé à l’interdiction du foulard, ce parti soutient aujourd’hui l’interdiction », déclare Serdar Kiliç en rappelant que « les femmes musulmanes sont discriminées sur les lieux de travail et à l’école en vertu du principe d’égalité« . Se prononçant à titre personnel contre l’interdiction du foulard islamique « car il ne faut pas juger une personne sur base de sa tenue vestimentaire« , le député wallon se plaint de la voix toujours prépondérante « des laïcs, des féministes et des opposants à l’islam. Mais malheureusement, à cause de la division au sein de la communauté musulmane, les musulmans sont toujours préjudiciés « .

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

MISE A JOUR (10/03/2010)

Publication d’un droit de réponse du député wallon Serdar Kiliç :

Monsieur,

En lisant votre dernier article concernant la laïcité et le mouvement féministe, je t’avoue sincèrement que j’ai été particulièrement surpris.  J’étais, en effet, très étonné de voir mon nom associé à des propos que je n’ai pas tenu.  Visiblement, le photographe qui m’a interrogé dernièrement pour ce quotidien turc n’a pas correctement saisi mes idées.   Pire, croyant bien faire, il les a complétées en y ajoutant des choses que je n’ai pas dites.  Permets-moi donc ici d’y apporter ma rectification, comme je viens de le faire avec le journal turc en question.

 

Tout d’abord, comme je l’ai dit à ce photographe, dans ma sphère familiale et privée, je ne suis nullement concerné par le problème du foulard. Mais ce n’est pas pour autant que je suis dérangé par les personnes qui portent ce foulard.  Bien entendu, à partir du moment où ce choix est véritablement librement opéré, à un âge où l’on peut le poser avec discernement.

 

Ce que j’ai dit, par contre, c’est qu’il est dangereux d’utiliser le foulard dans un contexte pro ou anti féministe, pro ou anti laïc.  Comme c’est également dangereux de l’utiliser comme arme pro ou anti musulmans.  Une instrumentalisation pareille est stérile et démontre un manque cruel de volonté de dialogue, qui ouvre de surcroît une brèche importante pour les porteurs d’idées nauséabondes tels que le Belang ou le FN.  Ces propos, je les ai déjà tenus à l’Hôtel de Ville de Charleroi, en présence de nombreux Conseillers.  La grande difficulté est que, lorsqu’on aborde actuellement ce débat, dans le contexte dans lequel on l’a placé, on est immédiatement catalogué pro ou anti laïc, pro ou anti féministe, tout blanc ou tout noir, sans aucune nuance.

 

J’ai également ajouté que la nostalgie du pays et des coutumes pouvait être légitime, mais qu’elle ne pouvait pas mener à un nationalisme exacerbé, ni à un fanatisme prônant la religion islamique comme supérieure à d’autres.

 

Je serai sur tous les fronts où le dialogue est rompu, même là où d’autres répugnent à y aller.  Je ne suis pas partisan de la politique de la chaise vide : laisser du champ à l’exclusion, au racisme ou aux préjugés de tous bords n’est pas, à mes yeux, aussi rentable que de s’y attaquer, quitte à dialoguer avec des personnes aux idées diamétralement opposées aux miennes.  Il faut que le dialogue et le débat soient toujours établis.  En cela je suis prêt à m’engager chaque fois que je le peux, avec toute ma conviction de socialiste, de démocrate, de laïc et  d’internationaliste.

 

Tu me connais bien pour savoir combien la laïcité est importante à mes yeux, tout comme l’est l’émancipation de la femme et les mouvements qui la défendent.  Voilà pourquoi, je le dis clairement, je n’ai aucun reproche à faire aux laïcs et aux mouvements féministes  dans leur action.  Mais cela tu le sais puisque, tout comme moi, tu défends ces idées démocrates.  Et nous savons tous deux que notre devoir est de porter ces valeurs partout où nous le pouvons.

Serdar KILIC

Written by Mehmet Koksal

08/03/2010 à 5:43

Publié dans Elections

15 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Qu’il commence déjà par ne plus confondre laïc et laïque et on en reparlera… (parce que je suppose qu’il ne vise pas les laïcs du cdh…).
    Oh, et quand on vient de Charleroi on commence par balayer chez soi.

    ZA

    08/03/2010 at 6:01

  2. Pourtant, il est à constater qu’aussi bien sur la question du port du foulard à l’école ou dans l’administration publique que sur celle du génocide arménien, sa famille politique, le PS, de sa seconde patrie, singe à marveille le CHP de sa mère patrie, càd les « socialistes » atatürkistes.

    Rachid Z

    08/03/2010 at 7:52

  3. Les laïques Carolos sont historiquement de gauche (et pas qu’un peu…). Il faudrait arrêter d’aboyer à tort et à travers et commencer à ouvrir des livres ou les portes des associations de votre ville à la place d’organiser des distributions de roses devant la gare du sud Mr l’élu du peuple.

    NS

    08/03/2010 at 8:06

  4. Moi j’espère que il a aussi parlé d’autre chose que du foulard dans son interview !

    Caroline

    09/03/2010 at 10:19

  5. Lorsque le PS se sera débarrassé de toutes ses têtes de Turc, on l’entendra !

    Adi

    09/03/2010 at 10:42

  6. Un loup (gris) est entré dans la bergerie. A quand le suivant ?
    Le Cheval de Troie commence à s’étoffer: Une femme en foulard au Parlement bruxellois, puis Emir KIR, pas très clair non plus çui-là !!! et maintenant celui-ci.
    Di Rupo ne voit que les diplômés de très haut niveau. Le PS d’aujourd’hui n’a vraiment plus rien de Socialiste.

    Claudy DELFOSSE

    09/03/2010 at 3:47

  7. Encore une lumière…

    gael

    09/03/2010 at 3:52

  8. Je ne crois pas que stigmatiser sans cesse le foulard résoudra le problème d’autant que pour la communauté de culture turque la signification n’est pas toujours la même que pour d’autres sociétés musulmanes.A remarquer que l’on retrouve aussi le port du foulard dans des communautés chrétiennes. Tout un symbole !
    Ce qui m’effraie ce sont des valeurs musulmanes dignes du temps du moyen-âge qui sont bien souvent véhiculées dans des milieux pauvres et acculturés et l’on me demande de comprendre parfois d’accepter !
    A ce sujet nous avons bien des questions à nous poser sur l’éducation, l’école! On parle de socialisme, cela doit être une vision émancipatrice de l’homme pas clientéliste. Il est temps que nos élus prennentsur le génocide arménien, la question kurde et ne pas s’allier avec n’importe qui au nom d’humanisme. Je songe aussi à certains d’entre eux qui approuvent des mouvements comme le Hamas, mouvement des frères musulmans. Ceux ci furent les alliés des nazis avant et pendant la seconde guerre mondiale ! Je n’apprécie pas du tout et désapprouve Lieberman ou Netanahyou en Israel et leur politique de colonisation Mais ne sommes nous pas fautif de n’avoir pas toujours pris nos responsabilités et hélas le populisme existe aussi au PS ! Quant au monde du travail, il serait temps d’y songer Elio !

    vanobberge

    10/03/2010 at 10:12

  9. « Ce qui m’effraie ce sont des valeurs musulmanes dignes du temps du moyen-âge qui sont bien souvent véhiculées dans des milieux pauvres et acculturés et l’on me demande de comprendre parfois d’accepter ! » :

    Entièrement d’accord avec l’ensemble de votre intervention monsieur Vanobberge et surtout le passage repris ci-dessus.

    Maintenant, admettez également, monsieur Vanobberge, que nos partis politiques dits démocratique et émancipateurs qui entretiennennt des liaisons dangereuses avec certains « représentants » notamment au niveau cultuels, des représentants « de la foi islamique » soumis à des régimes nationalistes, antidémocratiques. Ce sont de telles personnes, avec la complicité active de nos politiques donc, qui s’appliquent à maintenir des masses de population dans l’ignorance, dans l’archaïsme.

    Venez plutôt voir, dans plusieurs quartiers à Bruxelles, l’état de nos poubelles publiques où de nombreux parents abandonnent leurs enfants… L’ecole des enfants maltraités, l’école des enfants exclus, l’ecole des enfants abandonnés, l’école des enfants condamnés, l’école des enfants sacrifiés, il y en a des masse à Bruxelles et toute cette médiocrité est gérée par des camarades PS !

    Rachid Z

    11/03/2010 at 11:04

  10. Monsieur Rachid, si l’on vous suit, c’est donc le PS qui constitue un frein à l’émancipation et à l’acculturation des masses populaires dans les quartiers? C’est donc aussi le PS qui sciemment et intentionnellement désire maintenir le peuple à l’écart du savoir, dans la médiocrité. C’est le PS qui souhaite que la ville soit sale et mal entretenue. C’est bien çà que je dois comprendre?

    Cernogorskij

    11/03/2010 at 12:32

  11. Bonjour Mehmet,

    Pour en revenir au thème de votre article, voici le texte que j’ai posté hier sur un groupe Facebook intitulé « Lettre ouverte à mon socialisme » :

    Bonjour aux Camarades et aux autres membres de ce groupe que je rejoins aujourd’hui seulement (pour des raisons diverses). Elu de mes camarades PS à la fonction de Président de ma section locale, en place pour quelques semaines encore, je m’en voudrais de ne pas réagir aux derniers développements autour de cette interview de Serdar Kiliç. Je viens de lire le droit de réponse qu’il a adressé au site de Mehmet Köksal, Parlemento. Une lecture attentive de la traduction de l’interview et du droit de réponse me laisse accroire que les propos de Serdar, s’ils ont pu être légèrement biaisés par le journaliste de Türkiye, on bien été transcrits dans leur essence profonde.
    Je veux bien croire le camarade Serdar lorsqu’il dit « combien la laïcité est importante à (ses) yeux » mais j’aurais aimé qu’il explique dans sa réponse à Parlemento ce qu’il entend par laïcité.
    Je suis profondément blessé par tous ces membres éminents de mon parti qui utilisent sciemment et intentionnellement des termes comme « laïques intolérants ». Je préférerais de loin les entendre dire à leurs électeurs : « la laïcité ce n’est pas çà, ce n’est pas le rejet de la religion, de vos croyances profondes ! Notre laïcité au PS c’est une conviction profonde et ancienne. Nous n’avons pas attendu le congrès de 2000 pour nous ouvrir aux croyants, il y en a toujours eu parmi nous. Ce qui nous rassemble c’est la lutte pour des idéaux de fraternité sur le terrain des luttes sociales et, pour ce faire, nous laissons nos pratiques religieuses au vestiaire, à la maison. Par ailleurs, à l’école publique, nos enfants sont en famille, frères et sœurs, comme à la maison. Qu’ils y grandissent en force et en sagesse, dans l’égalité la plus parfaite entre filles et garçons. De grâce, amis, méfiez-vous des curés, muftis, rabbis et autres qui vous éloignent des vrais combats ! ». Voilà ce qu’un camarade, un frère, devrait dire pour défendre ceux qui, au PS, préservent ces bons vieux outils. Et si des propos racistes ou des velléités en ce sens se manifestent çà et là parmi nous (le socialisme a parfois dérapé dans le national-socialisme n’est-ce pas), on s’explique ou on nettoie !
    Lorsque Serdar écrit « (…) il est dangereux d’utiliser le foulard dans un contexte pro ou anti féministe, pro ou anti laïc. Comme c’est également dangereux de l’utiliser comme arme pro ou anti musulmans. » il amalgame dans une même phrase les termes « laïcs », « musulmans » et « foulard » sans autre explication ; il oppose en miroir «laïques » et « religieux » comme si l’un excluait l’autre.
    Notre parti mérite mieux que de l’à-peu-près sur cette question-là. Je comprends que nos camarades issus d’une immigration un peu plus récente que la mienne, et face à leur diaspora d’origine plus nombreuse que celle dont je suis issu, sont souvent confrontés à des difficultés inusitées. J’espère qu’ils les surmonteront mais c’est un travail de toute une vie et nous sommes pressés ! Les laïques philosophiques les comprennent, eux, et sont donc prêt à travailler avec eux pour franchir l’obstacle. Le plus vite sera le mieux. Je suggère donc à Serdar qu’il évite à l’avenir d’accorder des interviews à une ce type presse turque qui aurait tendance à déformer ses propos. Il se prémunira par la même occasion de la tentation de surenchère avec une certaine députée bruxelloise.

    Philippe Schwarzenberger

    11/03/2010 at 12:38

  12. Je ne suis pas le seul à dire que l’école en Communauté française discrimine, surtout à Bruxelles, on à beau nous proposer chaque année scolaire, une nouvelle version d’une réglemention appelée « mixité-sociale », les responsables d’établissements scolaires qui discriminent sont toujour en place, protégé notamment par le PS, ceux qui nous bassine avec ce concept creux !

    A saint-Josse, par exemple, localité PS et pas depuis hier, aucun conseiller communal et encore moins l’échevin (PS) de l’instruction public n’estime les écoles communales suffisament dignes pour y confier ses enfants. Vous nous parlez de fraternité ? La logique PS, Ecolo, CDH ou MR, est fondée non pas sur des principes de solidarité ou de fraternité mais sur ceux de la concurence sauvage, que ne freine aucunement le PS, bien au contraire. Pour tenter d’obtenir une place au sein notre fraternelle société, il est préférable d’être armé pour écraser son frère ou sa soeur… et même sa mère ou son père ! C’est ça la fraternité dans nos écoles.

    Rachid Z

    11/03/2010 at 1:46

  13. Je suis pleinement en phase avec votre constat que je crois avoir fait il y a bien longtemps. Vieux paradoxe bien connu désormais : dans le système de quasi marché scolaire (héritage de la juxtaposition d’écoles confessionnelles privées mais subventionnées et d’écoles publiques contrôlées politiquement aussi par des croyants) il est très difficile d’être à la fois un bon parent et un bon citoyen.

    Pour ma part, je suis à l’aise, mes deux enfants ont fréquenté l’école communale. Ce n’est que quelque temps après y être devenu parent d’élève que j’ai pris conscience du fait qu’il s’agissait d’une école communale mais « privilégiée »…

    Vous ne m’apprenez donc rien de neuf. Et si vous nous proposiez une solution à ce problème de société?

    Pour ce qui concerne l’idéal de fraternité entre tous nos enfants, j’y crois sincèrement, mais c’est un idéal…

    Philippe Schwarzenberger

    11/03/2010 at 4:20

  14. Comme vous, monsieur Schwarzenberger, impuissant, je constate et j’interepelle quand je peux mais je ne détiens pas, seul, la solution qui permettrait d’améliorer la qualité de nos écoles communales. C’est ensemble que nous y parviendrons !

    Les écoles communales à Saint-Josse n’étaient pas aussi déclassées, je suis fier d’y avoir fait mes primaires. Aujourd’hui, les jeunes belges de Saint-Josse n’ont plus ce droit à une instruction de qualité, ce droit dont bénéficiait leurs parents, la génération immigrée. Un carnage dû à beaucoup de négligences et d’incompétences d’une bonne part de nos élus communaux bruxellois de gauche comme de droite ou du centre et de leurs familles politiques…

    Rachid Z

    11/03/2010 at 4:52

  15. « une instruction de qualité »
    Mr rachid, l’instruction peut etre de qualité, si l’élève respectait le professeur, quelle que soit ses convictions poitiques ou religieuses.
    je suis moi meme enseignant et je doit parfois me « battre » pour imposer mes cours parce que je suis blanc européen et athée. et je dirait que la pollution mentale que constitue le coran fait penser aux élèves issus de l’immigration qu’ils sont de race supérieure et que la matière enseignée par un « kouffar » n’a pas la même valeur que la même matière enseignée par un musulman . Les élèves entretiennent leur ignorance et leur non-accès au marché du travail, par leur culture , ou plutot par leur abscence de culture, et manque de respect envers le pays d’accueil.

    yves zachman

    17/04/2010 at 9:43


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :