Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Propagande unilingue en langue turque pour MR et PS, bilingue français-turc pour CDH

with 18 comments

Les candidats d’origine turque (Sait Köse, Emir Kir et Yalcin Bulduk/Abdurahman Yentir) des partis francophones belges MR, PS, CDH n’utilisent (presque) exclusivement que des outils de propagande électorale unilingue en langue turque dans le cadre de la campagne électorale pour les élections législatives belges du 13/06/2010.

Ainsi Sait Köse (du parti FDFMR) a financé la publication d’une propagande électorale baptisée « Seçim » (se prononce <sètchim> qui signifie Election en turc, 5.000  exemplaires, 8 pages A3 entièrement en turc et distribué à Bruxelles). Ce candidat distribue par ailleurs un tract toutes-boîtes uniquement en langue turque adressé à « mes chers concitoyens » qui identifie 3 problèmes à Bruxelles (le chômage, l’enseignement et la sécurité), explique que « malheureusement les gouvernements PSCDHEcolo au pouvoir depuis 6 ans à Bruxelles et en Wallonie n’ont pas trouvé de solutions à ces problèmes » et fournit le schéma illustré du vote électronique pour expliquer comment les électeurs turcophones peuvent voter pour Didier Gosuin et Louis Michel au Sénat d’une part et Olivier Maingain et Sait Köse à la Chambre d’autre part.

View this document on Scribd

Emir Kir (PS, secrétaire d’Etat bruxellois et ministre Cocof pour Bruxelles) a fait parvenir une lettre postale au nom de « Emir Kir – Brüksel Baskent Bölgesi Devlet Bakani » (Emir Kir – Ministre d’Etat de la Région de Bruxelles-Capitale) adressée à l’ensemble des électeurs portant un nom à consonance turque dans la circonscription électorale de Bruxelles-Halle-Vilvoorde.

View this document on Scribd

Dans cette lettre de propagande électorale, le candidat socialiste Emir Kir dresse le bilan des services rendus à sa communauté : « information de nos concitoyens sur leurs droits sociaux« , « formation pour le permis de conduire poids lourds pour 300 jeunes et opportunité d’embauche dans le secteur du ramassage des poubelles« , « augmentation des activités culturelles et sportives pour nos enfants et nos jeunes« , « rénovation et restauration de 140 infrastructures sportives« , « ramassage 12 fois par jour des poubelles pour les commerçants de la rue de Brabant, chaussée de Louvain, rue Marie-Christine, Grand-Place, etc…« , « chaque année des activités gymnastiques, sportives et sociales pour 2.000 femmes« , « nouveau centre pour nos vieux« ,… Emir Kir précise qu’il souhaite « être votre voix à un niveau supérieur de pouvoir, au niveau fédéral » et que « comme j’ai recueilli les félicitations de mon parti PS pour mon travail, ils m’ont mis à une place importante et éligible en 4e position sur la liste« .

« L’équipe du CDH« , composée de Francis Delperée, Joëlle Milquet ainsi que deux candidats d’origine turque du parti (Yalcin Bulduk à la Chambre et Abdurahman Yentir au Sénat) propose un tract bilingue français-turc déclinant le slogan du CDH (et la devise du pays) en langue turque « Birlikten güc dogar » (l’Union fait la force). Mais la lecture du même document indique des contenus différents variant en fonction du groupe linguistique. Ainsi, dans la version française le parti centriste propose « un Pacte de Respect pour les Belges et entre les citoyens d’origines diverses » tandis que dans la version turque « l’équipe du CDH » rappelle que « grâce à votre soutien, nous avons pu envoyer une de nos amies [Mahinur Özdemir] pour être votre représentante au Parlement bruxellois et nous avons ainsi pu traduire vos précieux voix en services rendus« . La version française insiste sur l’indispensable respect des francophones et rappelle qu' »il faut dire NON comme en 2007 aux extrémistes et à ceux qui veulent scinder la Belgique » tandis que la version turque parle de la nécessité de soutenir financièrement « les activités des associations de la société civile« , la volonté du CDH « de régler les problèmes de parking en Belgique« , de poursuivre « les efforts en matière d’équilibre dans l’enseignement » et d’intensifier les efforts du parti pour garantir « le droit à nos pères et mères pensionnés de vivre là où ils le désirent sans pour autant subir des saisies sur le montant de leur pension« .

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

View this document on Scribd
Advertisements

Written by Mehmet Koksal

08/06/2010 à 11:39

18 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. C’est scandaleux, que peut-on faire pour dénoncer cela ?

    Yvan Biefnot

    08/06/2010 at 2:36

  2. votre Ecolo?

    ahmed

    08/06/2010 at 4:20

  3. voter Ecolo?

    ahmed

    08/06/2010 at 4:21

  4. C’est quoi le problème?

    Mel

    08/06/2010 at 4:42

  5. Bientôt les cours d’alphabétisation en RBC vont devoir s’adresser aux candidats indigènes afin de leur permettre une compréhension des « autres » cultures.
    A 1000 heures de pratique consacrée à l’apprentissage de chaque langue, va leur falloir un full-time jusqu’en 2020. Adieu les révisions et débats communautaires.
    Tous les accents vont dorénavant porter sur le communautarisme, accents huile d’olive. ;-)
    Y a-t-il des modules disponibles en marge des parlements? Et des budgets pour payer le corps professoral?

    Manip de l'opinion

    08/06/2010 at 9:01

  6. Ne leur donnez pas votre voix.
    Votez Parti Populaire, ce n’est pas forcément le meilleur mais ils se rendront peut etre compte qu’on en a marre de ces guignols

    yves zachman

    08/06/2010 at 9:29

  7. Un petit gag en wallon:
    -Ouski dva, Jeseph?
    -Dji m va à l’ capitale, à Bruksel.
    -Waite à ti, paski véla, i n’faut nin djoser wallon.
    – E pokwé non, les Belges di lavau, i n’connèchnu nin le français.

    Traduction: ou vas-tu, Joseph?, Je vais à Bruxelles. Fais attention à toi, parce que là-bas il ne faut pas parler wallon. Et pourquoi pas, puique les Belges de là-bas, ils ne connaissent pas le français.

    pistache

    09/06/2010 at 8:36

  8. Juste pour rire … l’Art. 42 de la Constitution …
    « Les membres des deux Chambres représentent la Nation, et non uniquement ceux qui les ont élus.
    « 

    steve

    09/06/2010 at 8:40

  9. Ce qui est encore plus scandaleux dans les tracts envoyés par la poste, c’est comment Kir ou Kose trouvent les adresses de toutes les personnes au nom à consonance turque. Y a-t-il utilisation des registres de population? Ou transfert via des associations, listings privés (fonds de rapatriement des corps de la Diyanet?)… As-tu des infos à ce sujet Mehmet? Car plus que l’usage de la langue turque, c’est ce point qui me semble délictueux…

    erdem resne

    09/06/2010 at 12:05

  10. Une Nation, comme vous dites, fortement fragmentée, fissurée ! Matongé, c’est devenu un État dans ce qu’il reste de l’État Belge. Sur la vidéo de campagne diffusée, n’a-t-on pas l’impression de voir la Milquet (madame A-frique) se rendre à Matongéland quasi en visité officielle (de campagne), menée par les très communautariste « ambassadeur Matongéen » de foi évangélique, Mampaka Bertin et de la très dévouée prêtresse « Mama » Mie-Jeanne ?

    Rachid Z

    09/06/2010 at 12:15

  11. @Erdem

    C’est tout simple, les partis et les candidats ont le droit de demander la liste des électeurs, par contre ils n’ont évidemment pas le droit de créer des fichiers sur base de l’origine supposée desdits électeurs, et ces listes peuvent exclusivement être utilisées à des fins électorales (voir la législation plus bas).

    Dans la réalité, il est évident que des fichiers « ethniques » (ce qui est erroné puisqu’il y a des Arméniens et des Assyriens aux patronymes « turcs ») existent, y compris par exemple des fichiers de néerlandophones (vrais ou supposés).

    Je recevais par exemple à Molenbeek de la propagande électorale nominative en néerlandais parce que j’étais abonné à Brussel Deze Week, j’ai même reçu la visite d’une… missionnaire catholique (nonne) néerlandophone qui s’adressait à moi en néerlandais au parlophone, ce qui prouve qu’elle avait obtenu mon adresse par ce biais.

    extrait du Code électoral

    Art. 17. § 1er. L’administration communale est tenue de délivrer des exemplaires ou copies de la liste des électeurs, dès que cette liste est établie, aux personnes qui agissent au nom d’un parti politique, qui en font la demande par lettre recommandée adres-sée au bourgmestre au plus tard le trente-troisième jour précédant celui de l’élection et qui s’engagent par écrit à présenter une liste des candidats à la Chambre ou au Sénat.

    Chaque parti politique peut obtenir deux exemplaires ou copies de cette liste à titre gratuit, sur papier ou selon son choix sur support électronique standardisé, pour autant qu’il dépose une liste de candidats, soit à la Chambre, soit au Sénat, dans la circonscription électorale où est située la commune auprès de laquelle la demande de délivrance de la lis-te a été introduite conformément à l’alinéa 1er.

    La délivrance aux personnes visées à l’alinéa 1er d’exemplaires ou de copies supplémentaires est faite contre paiement du prix coûtant à déterminer par le collège des bourgmestre et échevins.

    Si le parti politique ne présente pas de liste de candidats, il ne peut plus faire usage de la liste des électeurs, fût-ce à des fins électorales, sous peine des sanctions pénales édictées à l’article 197bis.

    § 2. Toute personne figurant comme can-didat sur un acte de présentation déposé en vue de l’élection peut obtenir, contre paiement du prix coû-tant, des exemplaires ou copies de la liste des élec-teurs, pour autant qu’elle en ait fait la demande sui-vant les modalités prévues au § 1er, alinéa 1er.

    (…)
    § 3. L’administration communale ne peut délivrer des exemplaires ou copies de la liste des électeurs à d’autres personnes que celles qui en ont fait la demande conformément au § 1er, alinéa 1er, ou au § 2, alinéa 1er. Les personnes qui ont reçu ces exemplaires ou copies ne peuvent à leur tour les communiquer à des tiers.

    Les exemplaires ou copies de la liste des élec-teurs délivrés en application des §§ 1er et 2 ne peu-vent être utilisés qu’à des fins électorales, y compris en dehors de la période se situant entre la date de dé-livrance de la liste et la date de l’élection.
    (…)

    Pierre-Yves Lambert

    09/06/2010 at 1:02

  12. Mais bordel, c’est quoi le problème? Est-on dans une démocratie représentative ou non? Tant qu’aucune convocation électorale n’a pas été envoyé dans une autre langue que celles qui sont légales, quel est le problème? Vous préférez sans doute qu’on laisse toute une partie de la population immigrée de 1ère 2ème 3ème génération loin de la politique? C’est ça la démocratie représentative pour vous? C’est lamentable! Déjà que la gouvernement belge est le seul responsable de l’immigration « contrôlée » dans les années 60 – 70 – 80, qu’il n’a rien fait depuis pour intégrer ces populations qui vivaient en-dehors de toute Modernité (et on sait ce qui se passe qu’on on ne fait rien pour intégrer ce genre de populations : émeutes en 92 et 98 à Curgehem, St-Gilles et Forest et… ca va recommencer croyez-moi, port du voile des femmes musulmanes exacerbé en Europe alors que, lorsque je vais en Tunisie (j’ai des origines tunisiennes) je ne vois pas de foulards et encore moins des niqabs!), vos idées sont pitoyables et vous êtes de ceux qui détruisez ce que vous déclarer défendre! Mehmet Koksal : je te suis depuis quelque temps, mais au final, tu n’es qu’un populiste, un poujadhiste, de surcroît manipulateur à la Modrikamen et De Wever.

    e.rational

    09/06/2010 at 1:54

  13. Le problème, c’est que la connaissance de la langue du pays me semble être le meilleur moyen pour s’intégrer dans le pays où on rêve de s’installer ou dans lequel on est installé depuis bien des lunes. Evidemment cela suppose un minimum de velléité de s’intégrer. Et je sais que pour certains, s’intégrer c’est un gros mot.

    pistache

    09/06/2010 at 2:32

  14. Moi je vous propose plutot de voter probruxsel pour favoriser une identité bruxelloise qui se construit en tenant compte des communautéS qui forment cette région. Le replis communautaire ne va mener qu’à l’affrontement. Ces politiciens classiques ne voient pas plus loin que l’elections qui approche.

    salman

    09/06/2010 at 6:39

  15. Merci à Pierre-Yves Lambert pour son commentaire. C’est un excellent rappel de la simplicité, parfois complexe à comprendre, de ce qu’est une démocratie. La démocratie, c’est ce que l’ensemble des citoyens qui ont le droit de vote dans notre pays, vont en âme et conscience décider lorsqu’ils seront seuls dans l’isoloir. Une démocratie est dynamique et se construit jour après jour et comme le disait W. Churchill, est le pire des systèmes hormis tous mes autres. Nous n’avons pas encore trouvés mieux pour assumer le « vivre ensemble ». A nous citoyens, en assumant et en remplissant notre droit avant d’être notre devoir, d’aller voter.

    Philippe

    10/06/2010 at 8:17

  16. Que les textes ne correspondent pas d’une langue à l’autre est malhonnête. Par contre, je cherche en quoi il serait criticable de s’adresser à des gens dans la langue qu’ils comprennent le mieux. Si une partie des immigrés ne maîtrisent toujours pas le français, n’est-ce pas parce que le pays d’accueil aurait dû le leur inculquer et ne l’a pas fait ? Préfère-t-on que ces gens n’aillent simplement pas voter ? Rien n’impose l’usage d’une des trois langues officielles, « officialité » fort discutable : il y a plus d’Italiens en Belgique que de germanophones.

    Tgl

    11/06/2010 at 9:05

  17. « C’est quoi le problème ? » demandent certains.

    Le problème, c’est que s’adresser à ces individus dans leur langue d’origine – qui n’est pas une langue officielle de ce pays – encourage les populations d’origine étrangère (voire les jeunes belges, nés ici) à ne pas fournir le moindre effort en vue de s’intégrer linguistiquement. Forcément, pourquoi apprendre le français, si l’État (en la personne de ses représentants) s’occupe de toute façon de traduire les documents importants dans leur langue maternelle ? Alors non, à fortiori, et en soi, distribuer des documents dans une langue mieux maîtrisée n’est pas un problème. Mais de façon plus générale, il s’agit d’un symptôme qui s’inscrit dans un problème plus vaste, similaire au « vote ethnique », au refus idéologique d’apprendre une langue et de s’attacher à une culture qui sont étrangères aux origines. C’est problématique et contre-productif.

    Fucius

    18/06/2010 at 12:24

  18. C’est honteux et ça confirme mon idée de cette personne…

    moi

    18/10/2012 at 3:55


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :