Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Pas de papier, pas de santé ?

with 7 comments

Situé dans le grand hall des voyageurs de la Gare du Midi à Bruxelles, un parcours photographique et sonore braque les projecteurs (du 21 au 31/10/2010) sur l’accès difficile aux soins de santé pour les sans-papiers (personnes sans titre de séjour valable) en Europe.

L’exposition itinérante Exit, Exit ? du photographe français Olivier Jobard a été choisie par l’association Médecins du Monde pour mettre en valeur le rapport 2009 de l’Observatoire européen de l’accès aux soins.  « En général, en France, en Belgique et ailleurs en Europe, les migrants ont peur d’aller dans les hôpitaux car ils craignent de devoir décliner leur identité et risquer ainsi un rapatriement forcé vers le pays d’origine. On baigne dans un climat ultra-répressif où les gens ont de plus en plus peur et se cachent de plus en plus, évitant même d’aller se faire soigner.  Il faut savoir que beaucoup de sans-papiers ont dépensé une fortune et parfois risqué leurs vies pour venir en Europe, ils sont déjà ici et ils sont utiles puisqu’ils travaillent généralement au noir. Ces gens seraient d’autant plus utiles si on leur donnait les moyens légaux de travailler et d’apporter ainsi le fruit de leur travail à la société européenne« , estime le photographe français.

Pierre Verbeeren (Directeur général de Médecins du Monde Belgique) explique que « le non traitement des pathologies dont souffrent les sans-papiers nous amènent à des coûts de santé qui sont de loin supérieurs qu’à ceux que nous aurions dû faire face si nous avions acceptés de les accueillir de manière tout à fait légale« . Le directeur général critique l’attitude de certains CPAS, de médecins ou des hôpitaux refusant l’accès aux soins pour des raisons administratives et lance un appel aux autorités européennes pour mettre fin à l’obligation de dénonciation des personnes en séjour irrégulier imposée au corps médical notamment en Allemagne.

(PARLEMENTO-INDEPENDENT NEWS AGENCY)

Written by Mehmet Koksal

27/10/2010 à 10:38

Publié dans Autres

Tagged with

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. (( l’association Médecins du Monde )) ?
    Est-ce une concurrente de Médecins sans Frontières agissant ici-bas?

    Je peux compatir à la souffrance des peuples en manque d’eau – d’hygiène – de soins (voir l’Afrique de toutes les désespérances), bref de misère chez eux. Mais que des nouveaux venus aient comme premier souci – une fois débarqués ici en payant et aiguillés par des Collectifs ad-hoc – viennent se plaindre via MdM ou similaires de ce qu’ils « manquent » d’attention publique, je trouve ça abusif et à la limite un rien crapuleux.
    C’est sur des territoires lointains de ces peuples démunis de tout que j’effectue des dons d’appui humanitaire. Mais de là à subsidier des masses d’immigrés clandestins, je dis : que ceux qui attirent la pauvreté plus ou moins suspecte offrent donc leur moyens (= leur fric) à ceux de la cause qu’ils militent pour accroître encore le flux.
    Si pas content, s’abstenir et ne pas venir jouer les hypocrites parce qu’ils militent aveuglément pour ceci ou pour cela. Qu’on appuie les ONG crédibles et pas celles de vlek.
    Un peu de raison ne ferait pas de tort. Il y a ici en Belgique nos 12-14% de vrais pauvres. Eux bénéficient nettement moins des « grâces » de tous ces militants du n’importe quoi. Qu’on ne parle pas non plus de charité, on a jadis assez cracher méchamment sur celle chrétienne (qu’on a mis au rebut) pour que des politicards occupent maintenant la scène médiatique en y jouant leur théâtre électoraliste ou simplement populiste! Avec comme corollaire : payez bon peuple, nous on fournira des postes rémunérés à nos « camarades et sympathisants ». Honteux et abusif, je répète.

    marollien de souche

    27/10/2010 at 12:41

  2. Si les États respectueux de la vie humaine voulaient sensiblement réduire la pauvreté ici et ailleurs, ils commenceraient par vraiment lutter contre la corruption ! La majorité (75%) de ces États que compte le monde sont corrompus, c’est essentiellement ce qui empêche les populations de sortir de la misère ou de la pauvreté … qui n’est pas moins pénible au soleil.

    Rachid Z

    27/10/2010 at 2:04

  3. Monsieur Rachid Z., un dicton occidental de simple bon sens dit ceci :

    « Pour qu’il y ait corruption , il faut un/des corrupteurs PLUS un/des corrompus. »
    Ce couple corrupteur-corrompu est universel, planétaire.
    L’observation des réalités ici ou là au travers de ces 75% d’Etats ET dans nombre d’organisations humaines de TOUS TYPES nous apprend que ces deux espèces néfastes se recrutent parmi TOUTES LES CLASSES SOCIALES, indépendamment de leur état de richesse ou de pauvreté.
    J’imagine que vous partagez aussi ce constat?

    Dans chaque situation de celui qui corrompt et se laisse corrompre, le christianisme d’ancienne école dénonçait un « péché grave » (mortel..). Aujourd’hui règne la banalisation de faits délictueux, considérés comme insignifiants? Beaucoup de gens trouvent ainsi normal de s’autoriser des écarts par rapport à la bonne conscience. Vous et moi en croisons dans TOUTES LES CULTURES, dans TOUTES LES RELIGIONS.

    La cupidité, l’envie, l’avidité, l’avarice, l’intolérance mènent potentiellement chacun vers un des travers évoqués. Souvent, la pauvreté n’est là-dedans qu’un leitmotiv lénifiant, un prétexte pour masquer ce que l’on ne sait vraiment résoudre : les distorsions comportementales chez les humains. Les psy qui jargonnent n’y apporteront rien, strictement rien.
    Personnellement, je trouve absurde ces slogans émis par l’ONU et d’autres organisations (y compris le Secours islamique) d’oeuvrer à l’éradication de ce fléau universel. Exemple : d’ici 2030, diminuer la pauvreté de moitié…
    Le pire exemple d’impostures à ce domaine m’étant apparue comme le double discours des communistes. Ils sont partagés par d’autres « écoles de pensée », celles-là qui vont « retourner le destin du monde » grâce à la dernière vague idéologique. Actes cycliques, en une éternelle et triste répétition des erreurs humaines et les rengaines d’idéologues particulièrement versés en méthodes de communication.

    Ceux qui arrivant en Europe ouverte comme une passoire se disent en détresse ont pour la plupart payé pour débarquer jusqu’ici. Il n’étaient donc pas en situation d’extrême dénuement. Simplement, en profitant de leur argent et par le bief de réseaux de « passeurs » professionnels, ils débarquent dans un Eldorado de pacotille, en trimbalant avec eux une misère dont ils ne sortiront pas facilement. Le plus fréquemment parce que leur niveau de formation et leurs compétences sont quasi nulles! Condamnés à prendre des petits boulots au noir, comme ils les pratiquaient là d’où ils viennent. En perspective, une solution sans issue. La vraie solution est double :
    1) abaisser leur taux de natalité. Souvent c’est chez eux un fléau historique.
    Des moyens existent. Leur culture leur en interdit un changement d’attitude.
    2) contribuer là-bas à leur auto-développement, avec ou sans les corrupteurs.

    Pas facile à opérer. Il faut cesser d’accuser nos pays de ne pas en faire assez.

    Bon belge

    27/10/2010 at 10:36

  4. « J’imagine que vous partagez aussi ce constat? » :

    Oui, je partage le constat mais dans ces pays antidémocratiques (Maroc, Tunisie, Algérie, Égypte, …) contrairement à notre pays, la corruption y est institutionnalisées. C’est une pratique de gestion. D’ailleurs, il semblerait (restons prudents) depuis que les allochtones participent à la gestion du bien public dans notre société, que des bakchichs soient exiger pour, par exemple, bénéficier d’un logement social.

    Contrairement à ce que vous pourriez penser, j’estime nettement plus conforme aux principes islamiques la pratique de gestion du bien public dans nos systèmes démocratiques que dans n’importe quel régime antidémocratique prétenduement islamique où l’exploitation de l’homme, de la femme ou de l’enfant par l’homme ou la femme est nettement flagrante. Souvent, pour le musulman, le Belge non-musulman inspire bien plus confiance que le Marocain ou l’Algérien se réclamant pourtant de l’islam. Sachez le, le Belge ou le français, par exemple, est perçu par le musulman comme une personne fiable, digne de confiance, à l’attitude plus respectueuse de l’individu ! Un marocain musulman, par exemple, préfèrera avoir affaire à la qualité relationnelle et donc de traitement d’un patron belge (belgo-belge, disons) non-musulman qu’à celle, jugée moins respectueuse, d’un compatriote de la même confession que lui. Faut pas se laisser entraîner par les préjugés, Bon Belge.

    Rachid Z

    28/10/2010 at 10:17

  5. Aussi, je me souviens encore avec précision des paroles de cet individu marocain, il y a plus d’une décénie dans une localité marocaine : « j’aurais préféré que Dieu me fasse chat entre les mains de mécréants dans un pays quelconque en Europe qu’humain entre les mains de musulmans au Maroc ». De tels propos n’invitent-ils pas à la méditation ?! Ce qui incite, et c’est tout aussi légitime, certaines personnes à quitter leurs pays d’origine n’est pas forcément justifié par la faim …, Bon Belge !

    Rachid Z

    28/10/2010 at 11:00

  6. On ne sait pas très bien qui sont ces médecins du monde ni à la suite de quelle enquète, ils peuvent affirmer que les illégaux  » travaillent généralement » au noir cela s’entend?

    pistache

    02/11/2010 at 5:24

  7. Zappant au travers d’Internet, je découvre l’encyclopédie de triviales réalités; jugeons-en
    = = = = = =
    Traverser illégalement les frontières. Combien ca coûte ?

    Passer illégalement la frontière Nord Coréenne = 12 ans de travaux forcés.
    Passer illégalement la frontière Iranienne = détention perpétuelle .
    Passer illégalement la frontière Afghane = exécution.
    Passer illégalement la frontière Saoudienne = on n’entendra plus jamais parler de vous.
    Passer illégalement la frontière Vénézuélienne = condamnation comme espion et votre avenir est scellé
    Passer illégalement la frontière Cubaine = moisir indéfiniment dans une prison politique.

    Traverser illégalement la frontière Belge : on obtient immédiatement ou presque :
    – un permis de conduire ou une carte de transports en commun gratuite,
    – le bien-être social via le C.P.A.S
    – un logement subventionné offert par quelque camarade bien intentionné
    – l’éducation gratuite
    – des soins de santé et médicaments gratuits en passant par les urgences
    – ……. et la bénédiction d’une branche d’olivier trempée dans la manne publique.

    « Vive la Belgique !  »
    Du coup je voulais y aller. Mais,suis-je bête ? J’y habite déjà !
    Et c’est bien pour ça que je n’ai pas droit gratuitement à tout ça. Solidarité oblige..

    NB: aux divers anonymes non repentis, abstenez-vous de commentaires peu amènes;
    on sait par avance en quel sens mensonger vous les déversez sur tous les médias.

    marollien de souche

    05/11/2010 at 11:03


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :