Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Les Alévis de Bruxelles célèbrent le jeûne de l'achoura

with 16 comments

Mixité religieuse, pas de mosquée et pas d'obligation chez les Alévis de Bruxelles

Ce samedi (18/12/2010), le Centre socioculturel alévi de Bruxelles (CCAB) a organisé à Anderlecht une journée de rupture du jeûne de l’achoura pour commémorer le massacre par les musulmans sunnites de l’imam chiite Husayn en 680 lors de la bataille de Kerbala en Irak. En se basant sur une calendrier lunaire, les Alévis (courant musulman chiite turc) commémorent chaque année des événements tragiques marquant l’identité des communautés chiites pendant le mois sacré de Muharrem.

Tout fidèle alévi se doit de pratiquer le jeûne pendant les 12 premiers jours du mois de Muharrem (flottant car basé sur le calendrier lunaire) en respectant les interdits religieux (pas d’eau, pas de viande, pas d’alcool, pas de maquillage, pas de célébration,…) sans mettre en danger sa santé ou son emploi.

A la différence des musulmans sunnites, les musulmans alévis ne fréquentent pas des mosquées mais se réunissent en groupe mixte (homme et femme) dans les « cem evi » (maisons communautaires), ils vénèrent surtout les descendants directs du prophète (qualifiés de famille ehli-beyt), leur leader religieux est qualifié de « Dede » (équivalent du prêtre ou de l’imam), les discours se tiennent totalement dans la langue véhiculaire du groupe (ici en turc), les femmes ne se couvrent pas nécessairement la tête et ne se réunissent pas séparément.

Durant son discours face une cinquante de fidèle, le « Dede » du jour a critiqué la « politique assimilationniste des dirigeants sunnites turcs de l’AKP« , l’arrestation à Istanbul d’un leader européen des Alévis qui partait pour commémorer le massacre des intellectuels alévis à Kahramanmaras (Turquie) et a lancé un appel pour renforcer l’identité des alévis dans la diaspora européenne. « Il n’y a pas d’obligation de pratiquer le jeûne dans notre religion et l’heure de la rupture du jeûne n’est pas fondamentale. On doit surtout attendre le couché du soleil pour rompre le jeûne. Pendant les 12 premiers jours du mois sacré de Muharrem, on ne peut ni boire de l’eau, ni manger de la viande. Ces deux interdits font surtout référence au martyr du prophète Huseyin qui a été privé d’eau avant de subir, lui et ses 72 compagnons, le massacre du pouvoir de l’époque. L’interdit de la viande s’explique par le refus de faire couler du sang pendant cette période« , conclut le Dede.

Une récolte de dons financiers a été organisée pendant le repas, ensuite les fidèles ont pu boire la traditionnelle soupe fruitée et sucrée d' »achoura ».

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

Written by Mehmet Koksal

20/12/2010 à 1:25

Publié dans Religions

16 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Les musulmans sunnites ont tués l’imam chiite Hussayn (qu’Allah l’agrée) ?? Faudrait revoir les sources historiques.
    Hussayn (qu’Allah l’agrée) n’a jamais été chiite. Que ces gens en font un idole, c’est autre chose. Les sunnites jeunent aussi ce jour-là parce que le Prophète (saw) nous l’a recommandé.

    Technics

    20/12/2010 at 2:13

  2. La quasi vénération des descendants du prophète muhammad m’a toujours mis mal à l’aise par contre l’intelligence et l’humanité de cette communauté me la rend sympathique. La Turquie et surtout l’AKP devrait arreter de crier à l’islamophobie vis-à-vis des occidentaux et regarder dans sa propre assiette. L’islam sunnite devrait comprendre que le mépris pour les autres confessions y compris celles issues d’une autre interprétation de l’islam ne sert qu’à engendrer la haine.
    Pour ce qui est du massacre de hussayn par les troupe du gouverneur de syrie,on ne peut pas vraiment parler de sunnites car les deux tendances commencaient seulement à se dessiner. Peu de musulmans connaissent la période qui a suivit la mort du prophète , cette époque de grande « fitna » et c’est un tort. Il existe de très bonne traductions en français sur cette période troublée.
    L’ashoura est aussi souvent décrite dans la litterature musulmane comme le moment ou noé vit le terre ferme.
    Bonne fête au alevis

    salman

    20/12/2010 at 2:29

  3. Je comprend pas, alias « Technics  » (êtes-vous adepte de la hi-fi?
    [[ …. Que ces gens en font un idole, c’est autre chose. ]]

    Idoles ? Les idolâtres ne sont-ce pas ces masses vénérant de présumés « prophètes » , « prophétesses » (ça se trouve aussi :o) ) , tous ces « augures et divins » , puis jadis les pythies de Delphes ?
    Et des prophéties , si vous en voulez une de mon cru , je peux vous jurer qu’ad vitam des extrémistes de tous bords ( gens au mental troublé ) feront la loi par-delà nos lois terrestres et mêmes les lois divines !
    Disant ceci , je suis donc moi aussi un prophète : celui des tristes réalités.

    whafwhaf

    20/12/2010 at 5:16

  4. Salam, paix sur vous,

    Tout d’abord j’aimerai éclaircir certains points abordés ici. Il ne s’agit pas d’une fête mais bien au contraire, d’une comémoration puisqu’il s’agit de la mort de l’Imam Hussayn (paix sur lui). Deuxièmement, il y a une grande différence dans la pratique entre les alévis et les chiites (duodécimain). Les chiites ne jeûnes pas et n’ont pas de restrictions quant à la nourriture ou autres. Les hommes et les femmes sont séparés au sein de la mosquée et les femmes se couvrent la tête.

    Ensuite il faut savoir que le camp sunnite et chiite c’était déjà constitué et cela peu après la mort du saint Prophète (paix sur lui) quand bon nombre de personnes ont prêté allégeance à Abou Bakr et non Ali (paix sur lui). Entre la mort de l’Imam Ali (paix sur lui) et le soulèvement contre l’injustice de l’Imam Hussayn (paix sur lui) il y a à peu près 20 ans (l’imam Ali est décédé en 661 et l’imam Hussayn est décédé en 680). 20 ans, largement suffisant pour déjà créer des camps. Il faut également savoir que Yazid et son père Mou’awiya se disaient « musulmans ». A priori ils ne se disaient pas chiite…

    Encore aujourd’hui un grand nombre de sunnites osent placé le fameux « qu’il repose en paix » après le nom de Yazid et Mou’awiya sachant qu’ils étaient des tyrans monstrueux et des assassins feroces et qu’ils ont tués le petit-fils du Prophète Mohammad (paix sur lui) et sa famille et ses compagnons d’une manière plus que bestiale. Il y a comme un hic.

    Je répond donc à Technics: il faudrait effectivement revoir vos sources historiques…

    Y.

    21/12/2010 at 12:26

  5. Je ne partage pas l’avis d’une distinction chi’ites-sunnites claire à cette époque . Il s’agissait surtout d’un problème de succession qui deviendra par la suite petit à petit une séparation religieuse.
    Les « dogmes sunnites » et chi’ites (dans les différentes écoles duodécimain, zaydites, ismaeliens…) ne se sont réellement formés dans leurs aspects actuels (à mon avis) qu’à la fin des omeyyades et au début des abbasides.
    Ceci dit, il est vrai que ceux qui deviendront plus tard les kharidjites (qui n’est plus actuellement représenté par les ibadites) et les partisans d’ali (d’ou le terme chi’isme) reprochaient déjà à Uthman certains choix lors de sa recenssion du coran.
    J’ai longtemps pensé qu’ali avait été spolié de ses droits mais ces derniers temps et après lecture du dernier livre de wahib attallah, je suis plus nuancé.

    Le parcours du fils d’Abou Bakr est représentatif de cette époque troublée.Il soutient le meutre de Othman, soutien Ali contre aicha (sa demi soeur) et finit asssasiné (son corps sera brûlé dans une peau d’âne) par le général et compagnon Amr ibn al as à la demande des omeyades.
    On peut aussi parlé du fils d’Omar condamné à mort pour meutre par Othman (puis « gracié » par rachat du prix du sang par le même othman) et dont ali avait dit clairement que lorsqu’il deviendra calife sa première mesure sera d’appliquer la sentence. Le fils d’Omar sera tué en combattant ali à Siffin
    Bref tout cela pour dire qu’il nous est difficile de juger cette époque, rien n’est tout blanc ou tout noir, tout est gris. Allah aElam

    salman

    21/12/2010 at 2:31

  6. En lisant les commentaires de ceux qui m’ont précédé (paix sur eux), je me dis que l’Islam est né dans la guerre, non pas dans les persécutions, mais dans des guerres intestines et que cela n’est pas fini puisque il suffit de voir les attaques contre les mosquées ou les pélerinages.
    Je ne serai pas cynique jusqu’à dire que aussi longtemps qu’ils se battent entre eux, ils nous laissent en paix.

    pistache

    22/12/2010 at 5:03

  7. Le message coranique n’est pas plus violent (et peutêtre même moins) que celui de la Bible (sens large) mais dès la mort du prophète de graves dissenssions sont nées au sein de la jeune communauté et cela a entrainé des dizaines années de trouble où le nombre de morts a été plus important dans des batailles entre musulmans qu’entre musulmans et non musulmans. La mecque et médine ont même été misent à sac par des musulmans eux-mêmes. Comme vous semblez l’avoir compris, cette violence n’a pas été sans conséquence dans le dévellopement de l’islam. C’est cette peur de revenir à cette période de division et de violence qui fait que l’islam sunnite (largement majoritaire) refuse toute modifiction à la doctrine officielle de peur de rouvrir les portes de la violence.

    salman

    22/12/2010 at 7:12

  8. @ salman: en réponse à ton dernier commentaire sur le communisme et le militant Mumia Abu Jamal et à la lecture des critiques de l’Islam publiées ci-dessus, je dis : « La religion, cela commence par de grands rêves et cela finit dans un bain de sang. »
    On pourrait dire aussi: « Le libéralisme, cela commence par de grands rêves et cela finit en bain de sang. » « Le nationalisme, cela commence par de grands rêves et cela finit en bain de sang »…
    En gros je pense que toute opinion qui se prétend émancipatrice peut dégénérer. D’où mon attachement au guévarisme et à l’importance qu’il accorde à la création de l’homme nouveau (et la femme nouvelle) comme seule garantie de la survivance des idéaux.

    @ mehmet: petite erreur factuelle sur le pogrome de Kahramanmaras perpétré par les Loups Gris islamo-fascistes. Les victimes (officiellement 111) n’étaient pas (que) des intellectuels. Il y avait des bébés qui ont été cloués sur des arbres, de jeunes femmes enceintes qui ont été éventrées, d’autres qui ont assassinées à coups de dynamites dans leur vagin, des vieillards lâchement fusillés… Tu confonds avec le pogrome de Sivas (37 morts) par incendie de l’hôtel de Madimak (2 juillet 1993) où se trouvaient effectivement des intellectuels venus pour célébrer le poète mystique et révolutionnaire Pir Sultan Abdal. Les alévis ont hélas connus de nombreux massacres (Maras 1978, Corum 1980, Sivas 1993, Gazi 1995…). Sans compter les massacres qu’ils ont subis à l’époque ottomane (surtout à l’époque de Sélim Ier dit « le Terrible ») et les calomnies dont ils souffrent encore aujourd’hui. Par exemple, dans un dictionnaire officiel, « alévi (kizilbash) » et « inceste » sont apparaissent comme des synonymes. Et je vous passe des « mum söndu » (bougies éteintes) suggérant que durant leurs rituels religieux mixtes, les alévis se livreraient à des orgies, des partouzes etc.
    Les tyrans ont toujours dénigré les Alévis car outre les divergences théologiques, ils incarnent aussi la contestation et la rébellion sociales. Toutes les jacqueries de l’époque ottomane ont été portées par des chefs spirituels alévis comme Pir Sultan Abdal d’ailleurs.
    L’alévisme est à l’Islam ce que la théologie de la libération est au christianisme.

    C’est en quelque sorte du guévarisme mysthique anatolien quoi.

    Anonyme

    23/12/2010 at 1:05

  9. Anonymous je partage pleinement votre opinion sur les persécutions contre les Alevis mais votre « homme nouveau » me fait peur tout comme E GUEVARA qui n’était selon moi qu’un exalté sanguinaire et dont CASTRO a bien fait de l’envoyer se faire tuer ailleurs. Je n’aime pas les idéalistes je ne veux pas changer le monde car on ne peut changer la nature de l’homme. L’homme moderne sent peutêtre meilleur que ses ancêtres mais est-il humainement meilleur ? Je ne le crois pas. La perfection n’est pas de ce monde il faut l’accepter et aucune révolution au nom du « bien » ne changera quoi que ce soit au contraire.
    ANONYMOUS vous êtes un supporter de « l’empire du bien » soit un « progressiste droit de l’hommiste » et moi cela m’effraie tout comme m’effraie le christianisme de gauche, le politiquement correcte ,l’antiracisme (qui ne sert qu’a créer plus de racisme), l’écologisme , l’équalité homme- femme (qui se transforme en quotas et dénature la démocratie) et toute les fadaises professées par les « bobos » et soutenu par cette Europe molle . Rassurer vous je n’aime pas l’extrême droite non plus
    Ceci dit bonne fêtes à tous

    Anonyme

    23/12/2010 at 2:26

  10. @ Anonymous: cher alter-ego. La société étant traversée par de conflits de classe, les opinions le sont tout autant. Je veux dire par là que si tu pars du point de vue des tyrans de ce monde, le commandant Guevara était effectivement un sanguinaire. En revanche, si tu te mets dans la peau d’un Indien, d’un pauvre, d’un opprimé, tu verrais en lui un héros et un frère. Tu te prétends au-dessus de la mêlée. Mais très naïvement, tu applaudis les Yankees qui l’ont achevé dans la jungle bolivienne. Tu trouves bien qu’il ait été torturé à mort, martyrisé, éliminé. Mais bien sûr, tu es neutre…
    A propos de mes opinions, tu te trompes l’ami, je ne prône pas « l’Empire du Bien ». Je suis juste un partisan de l’Empire du « peut faire mieux ». Je terminerai par ce plaidoyer :

    Bonnes fêtes à toi tout de même et à tous les Parlementonautes.

    Anonymous (Canal Historique)

    23/12/2010 at 3:23

  11. Je comprends parfaitement ce que tu veut dire même si je ne partage pas tes opinions. Mais si j’essaie d’être neutre dans la narration de faits historiques je ne le suis pas au point de vue de leur analyse politique. Je suis un réactionnaire qui s’assume pleinement et se méfie de tout ce qui prétends apporter le bonheur à l’humanité.
    Il en est de même pour l’islam, je me méfie de cette évolution de l’islam qui veut trouver dans les vie des premieres générations de musulmans des modèles parfaits
    Pour être clair je me méfie des différentes formes de salafismes car ce modèle qu’elle propose n’est que le fruit de leur imagination et donc le fruit du 20 siècle.
    Ces malheureux Alevis ne sont pas au bout de leur peine et ils continueront à subir de plus en plus le joug d’un sunnisme malade du salafisme. Ils ne pourront pas compter non plus sur un soutien chi’ites car leur chi’isme est trop diffférent du chi’isme duodécimain. Peutêtre que l’avenir de l’alevisme est dans l’exil et l’immigration.
    Pour ton info la mouvence AKP soutient dans les balkans toute une série de groupes radicaux qui s’en prennent aux cousins de nos alévis à savoir les Bektashis.
    L’AKP est ideologiquement proche des freres musulmans alliés en Europe à toute les mouvances gauchistes et très présents dans « l’antiracisme ». On trouve donc à la tête des mouvements « antiracisme » en Europe des gens qui soutiennent des pogromes dans leurs pays respectifs. Cela nous annonces des « lendemains qui chantent » comme on dit chez vous.

    salman

    23/12/2010 at 4:06

  12. @ salman: merci pour les informations éclairantes sur le rôle de l’AKP dans les Balkans. Je souhaiterais néanmoins revenir au débat d’idées. Je ne crois pas un seul instant que tu sois un réactionnaire, c’est-à-dire un être sans cœur et sans conscience, indifférent, indigne et amoral. Je ne crois pas que tu prônerais l’austérité, le statu quo ou encore la neutralité si tu ressentais par exemple la souffrance de ce père roumain dont on a réduit l’aide destinée à son enfant handicapé et qui s’est jeté du balcon du Parlement roumain aujourd’hui pour protester contre ceux qui « volent les droits des enfants » ? Je suis sûr que tu aurais été affligé d’entendre qu’une secrétaire médicale dénommée Corinne Heileman a été licenciée parce qu’elle a eu le cancer. Ou encore de voir le nazi Ökkes Sendiller, bourreau des Alévis lors du pogrome de Kahramanmaras en 1978, narguer dimanche dernier les manifestants qui commémoraient leurs 111 frères, sœurs, pères, mères ou enfants assassinés… Pose ta main sur ta conscience comme on dit en turc et réponds-moi sincèrement: Serais-tu d’accord de laisser faire tant de forfaits ? Serais-tu lâche au point d’applaudir le plus fort et d’écraser le plus faible ? Si ta réponse est négative, tu es tout sauf un réactionnaire. Car comme dit le camarade Guevara:  » Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, où que ce soit dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire ».

    Anonyme

    23/12/2010 at 11:14

  13. Etre réactionnaire ce n’est pas être insensible au contraire, le don de soi est important car il reflete la noblesse d’esprit. ëtre réactionnaire ce n’est pas être du côté du plus fort mais c’est de ne pas croire au « progres » et penser que les valeurs traditionnelles sont à conserver car elle empêche les dérives sociales. La justice n’est pas l’apanage de la gauche, l’humanité non plus. Etre réactionnaire de nos jour c’est cultiver les valeurs anciennes (honneur, respect (y compris dans l’habillement), discipline, politesse, travail, famille patrie, foi en Dieu). C’est refuser l’endoctrinnement gauchiste qui sointe de partout (presse, école, tv), refuser le nivellement par le bas si cher aux gauchos

    salman

    24/12/2010 at 8:45

  14. Rien à cirer de ces considérations du style des contes des mille et une nuits, importées par des adeptes de la répudiation des femmes, de la lapidation, de la polygamie, de la haine contre ceux qui ne croient pas comme eux, etc . Depuis le VII° siècle, vous n’avez pas évolué et votre libre arbitre est mort, phagocyté par votre idéologie primaire et primitive. Honte sur vous

    Martel Charles

    25/12/2010 at 12:27

  15. les chiites ont aux meme tuer l’imame selon les livres des chiites eux meme

    ss

    26/01/2011 at 9:01

  16. Chacun est libre de vivre ses croyances comme il l’entend, comme il le comprend et comme il souhaite le pratiquer.

    L’alévisme est pour certains un mouvement orthodoxe de l’islam, pour d’autres une religion à part entière et pour d’autres encore une philosophie, une manière de vivre.

    Vouloir absolument cataloguer telle ou telle pratique à tel peuple est, à mon sens, complètement dépassé à l’heure actuelle. Une personne peut se dire musulman, chrétien ou juif et avoir un point de vue tout à fait différent sur sa religion par rapport à son voisin qui serait de la même confession que lui.

    Laissons chacun vivre sa croyance, ou sa non croyance, comme il l’entend.

    Le tolérance est une bien belle qualité qui se fait de plus en plus rare dans nos sociétés…malheureusement.

    Bibi

    17/03/2012 at 9:38


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :