Parlemento.com

L'agence de presse des minorités

Lettre ouverte aux champions du monde / Open brief aan de wereldkampioenen

with 4 comments

Le gouvernement irakien a prêté serment le 21/12/2010 après 9 mois de crise politique (photo : Karim Kadim/AP)

Il paraît que le 17 février ou le 20 mars prochain (pas d’accord là-dessus non plus), la Belgique va battre le record du monde d’un pays sans gouvernement détrônant ainsi l’Irak avec ses 289 jours de négociation pour trouver un accord entre Chiites, Sunnites et Kurdes. Ce nouveau record devrait pousser les champions du monde à réfléchir un instant sur les limites du compromis « à la belge » qui s’est complètement enrayé à cause des traditionnels arrangements particratiques pour finalement rendre un accord entre Flamands, Wallons, Bruxellois et Germanophones encore plus impossible et plus difficile qu’un accord entre Chiites, Sunnites et Kurdes irakiens.

Het schijnt dat België op 17 februari of op 20 maart (ook hierover is geen eensgezindheid) wereldkampioen “land zonder regering” zal worden. Hiermee onttroont ons land recordhouder Irak, dat er 289 dagen over deed om een akkoord te vinden tussen Sjiieten, Soennieten en Koerden. Dit nieuwe record zou de kampioenen toch even moeten doen stilstaan bij de grenzen van een compromis à la belge.

Lettre ouverte aux champions du monde
Il paraît que le 17 février ou le 20 mars prochain (pas d’accord là-dessus non plus), la Belgique va battre le record du monde d’un pays sans gouvernement détrônant ainsi l’Irak avec ses 289 jours de négociation pour trouver un accord entre Chiites, Sunnites et Kurdes. Ce nouveau record devrait pousser les champions du monde à réfléchir un instant sur les limites du compromis « à la belge » qui s’est complètement enrayé à cause des traditionnels arrangements particratiques pour finalement rendre un accord entre Flamands, Wallons, Bruxellois et Germanophones encore plus impossible et plus difficile qu’un accord entre Chiites, Sunnites et Kurdes irakiens.
On s’est finalement bien défoulé ces 300 derniers jours en rivalisant par l’absurde et l’autodérision sur les réseaux sociaux et dans les médias : plus de rasage pour les hommes (pour mieux ressembler physiquement aux Irakiens ?), plus de sexe pour les négociateurs (une recommandation de l’ayatollah Sistani ?), 34.000 fois « Shame » aux négociateurs et « vive la révolution des frites » ?
Ce petit jeu belgo-belge à l’attention des médias internationaux paraît trop simple pour être vraiment crédible. A l’heure où la rue s’enflamme à Tunis et au Caire pour réclamer la démission du gouvernement, les Belges n’hésitent pas à se mobiliser pour réclamer un quelconque gouvernement. Ben Ali et Moubarak doivent certainement jalouser l’art de ces incroyables dirigeants du Royaume de Belgique, les seuls capables de créer un tel « désir de gouvernement » en faisant de l’immobilisme politique un programme de gestion depuis près d’une demie décennie. Au rythme des évolutions, il ne faudra pas s’étonner de voir un jour la classe politique belge descendre dans les rues avec un slogan « shame2you » pour exprimer son ras-le-bol face au manque de vision et de responsabilité des électeurs. En effet, ce sont finalement ces mêmes électeurs qui choisissent des situations insolubles en donnant la victoire de part et d’autre de la frontière linguistique à des profils totalement incompatibles.
Pour sortir le pays de la crise tout en renforçant la démocratie participative et responsable, je me demande s’il ne faudrait pas un peu d’Italie, d’Allemagne et de Suisse (ou Etats-Unis) dans le processus électoral belge. Ainsi, comme en Italie, les électeurs pourraient être invités à voter directement pour un gouvernement (les partis ayant préalablement négociés des accords de coalition) facilitant ainsi le travail post-électoral tout en évitant la frustration d’un vote inutile pendant le scrutin. Comme en Allemagne, on pourrait faire voter à différents moments les Flamands, les Wallons, les Bruxellois et les Germanophones afin d’accentuer l’identité régionale et la responsabilité de chaque entité dans le système fédéral. La synchronisation actuelle force les marchandages politiques (financement de Bruxelles, scission des allocations, scission de BHV, nomination des bourgmestres de la périphérie) qui ne servent pas toujours toutes les parties qui acceptent la concession. Comme en Suisse ou aux Etats-Unis, on pourrait profiter des élections régionales pour demander l’avis des électeurs sur des sujets ayant un impact important sur la survie (sociale, culturelle, économique,…) de la région.
S’il faut responsabiliser quelque chose, il vaut mieux commencer par les décideurs et dans notre système ce sont les électeurs. Ce que les Irakiens ont réussi, les Belges peuvent aussi le faire…
* cet article fait partie du dossier Meningen op maandag sur MO* Magazine
Open brief aan de wereldkampioenen
Het schijnt dat België op 17 februari of op 20 maart (ook hierover is geen eensgezindheid) wereldkampioen “land zonder regering” zal worden. Hiermee onttroont ons land recordhouder Irak, dat er 289 dagen over deed om een akkoord te vinden tussen Sjiieten, Soennieten en Koerden. Dit nieuwe record zou de kampioenen toch even moeten doen stilstaan bij de grenzen van een compromis à la belge.

Die aanpak loopt namelijk helemaal vast door de traditionele partijarrangementen die er voor zorgen dat het vinden van een compromis tussen Vlamingen, Walen, Brusselaars en Duitstaligen uiteindelijk nog moeilijker en onwaarschijnlijker blijkt dan eentje tussen de Irakese Sjiieten, Soennieten en Koerden.

Via de sociale netwerken en de media hebben we ons de voorbije driehonderd dagen met de nodige zelfspot en absurditeit goed kunnen uitleven: opheffing van de scheerbeurten voor de mannen (om meer op de Irakezen te lijken?), geen seks meer voor de onderhandelaars (op aanraden van Irak’s opperayatollah Sistani?), 34.000 keer Shame – schaam u! – aan het adres van de onderhandelaars en lang leve de frietrevolutie!

Dit Belgo-Belgische spelletje ziet er in de ogen van de internationale pers te simpel uit om werkelijk geloofwaardig te zijn. Op het moment dat de straten van Tunis en Cairo ontvlammen om het aftreden van hun regeringen te eisen, schrikken de Belgen er niet voor terug om simpelweg eender welke regering te eisen.  Ben Ali en Moebarak zijn ongetwijfeld jaloers op die ongelofelijke bestuurders van het Koninkrijk België. Niemand doet het hen na, zo’n vurig “regeringsverlangen” in het leven roepen, en simpelweg een half decennium politieke verlamming verheffen tot een waar beleidsplan.

Gezien het tempo waarmee de revoluties zich tegenwoordig opvolgen, moeten we niet vreemd opkijken als de Belgische politici straks de straat opkomen met de slogan “Shame2you”, om duidelijk te maken dat ze het gehad hebben met het gebrek aan visie en verantwoordelijkheidszin van de kiezers. Het zijn ten slotte diezelfde kiezers die onoplosbare situaties kiezen door aan weerskanten van de taalgrens voor totaal onverzoenbare winnaars te gaan.

Om ons land uit het slop te halen, moeten we inzetten op een participatieve en verantwoordelijke democratie. Maar zouden we dan niet een beetje Italië, Duitsland en Zwitserland (of zelfs VS) moeten introduceren in ons Belgisch kiessysteem? Zo zouden de kiezers, net als in Italië, rechtstreeks de regering kunnen kiezen (de partijen zouden op voorhand al coalitieakkoorden onderhandeld hebben).  Dit zou het werk na de verkiezingen wat vergemakkelijken en de frustratie over de nutteloze stem uit de weg gaan. En net zoals in Duitsland zouden we Vlamingen, Walen, Brusselaars en Duitstaligen op verschillende momenten kunnen doen stemmen, om op die manier de verschillende regionale identiteiten en hun respectievelijke bevoegdheden in het federale systeem te benadrukken. De huidige verkiezingssynchronisatie leidt tot politiek gepingel (financiering van Brussel, splitsing van de bijdragen, splitsing van BHV, benoemen van de burgemeesters in de randgemeenten) en dat speelt niet altijd in het voordeel van de partijen die toegevingen doen. En ten slotte zouden we, zoals in Zwitserland of de Verenigde Staten, kunnen profiteren van regionale verkiezingen om de kiezers advies te vragen over zaken die raken aan het (sociaal, cultureel, economisch…) overleven van de regio.

Als we ergens moeten beginnen met het aanpraten van verantwoordelijkheidszin, dan is het wel bij de beslissers, en in ons systeem zijn dat nu eenmaal de kiezers. Als de Irakezen er in slagen, moet het de Belgen toch ook lukken…

* Dit artikel maakt deel uit van het dossier : Meningen op maandag op MO* Magazine

Written by Mehmet Koksal

14/02/2011 à 7:56

Publié dans Elections

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bravo Mehmet pour cette description du « comique » belge.
    Effectivement, on en trouvera vite des versions adaptées à chaque autre lieu de notre planète !
    Bon bruxellois, si je joue d’une transposition:

    «  »..289 jours de négociation pour trouver un accord entre Chiites, Sunnites et Kurdes.. » »

    ça donnerait quelque chose du genre :

    «  »298 jours de négociationS pour trouver un accord entre rouges wallons assistés, orthodoxes carrés flamands et séparatistes bornés du plateland.. » »
    Plus au passage ces 2% de petits minables du sud qui jouent l’hypothèse du rattachisme à une France tricolore rouge-rouge-bleue. Ces 2% se désignent en tant que gens-de-bien (au moral ras-des-pâquerettes).

    marollien de souche

    14/02/2011 at 9:02

  2. L’analyse est bonne : le système électoral actuel est responsable pour une part importante du marasme de négociation et de projet dans ce pays.

    Dans beaucoup d’autres pays démocratiques la réforme du système électoral est utilisée pour accentuer la démocratie : introduction d’une part plus importante de vote majoritaire, ou au contraire mise en avant de la proportionnelle. En Belgique, aucun parti n’est capable à ce jour de proposer une vraie réforme du système électoral qui redistribue les cartes et contribue à clarifier le choix commun. Seules de timides proposition en terme de circonscription fédérales sont faites. Mais il y a certainement de meileures idées, telles qu’une dose plus importante de système majoritaire ou des consultations comme proposé.

    Puisse cet article faire réfléchir certains décideurs trop timorés et attaché à la plus faible parcelle de leur représentation actuelle.

    xptweet

    14/02/2011 at 12:04

  3. Rappel :
    une circonscription (élargie, de niveau fédéral) a été proposée avant 2007 par le thinktank PAVIA.
    En invoquant des « décideurs timorés », alias xptweet , invoquez-vous ces apparatchiks d’un PS dominant wallon ou cette NV-A flamande, aucun d’eux n’étant disposé à donner son appui à cette option.
    Evidemment, si renforcer un PS déjà omnipotent avec 33% en Wallonie constitue une avancée socialiste, l’idée ne me paraît pas fort sensée!

    Franz

    14/02/2011 at 2:12

  4. Si M. Koksal veut vraiment que la Belgique puisse retrouver un gouvernement, alors, pourquoi ne pas aussi ne plus nier l’identité collective de la majorité des belges qui sont les Flamands?

    En effet, les Flamands se définissent comme une communauté d’abord. Nous avons même jamais mis en marche nos institutions régionales! Il n’y a pas de parlement de la région flamand, ni d’exécutif.

    Toutes les propositions avec seulement 3 ou 4 région impliquent donc le déni totale de cette volonté unanime des flamands. Si cela est le niveau de respect que vous voulez pour les Flamands ….

    Rudi Dierick

    20/02/2011 at 9:36


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :